Publié le: lun, Sep 21st, 2020

“Stripped” : le réalisateur israélien Yaron Shani conclut sa trilogie de l’amour sur le sexe

Share This
Tags

Chained analysait les relations hommes-femmes d’un point de vue masculin, et Beloved, avec un regard féminin. Le réalisateur israélien Yaron Shani conclut sa trilogie de l’amour avec Stripped, qui sort mercredi 23 septembre. Il y réunit une adulte et un adolescent, tous deux confrontés à un rapport conflictuel avec le sexe.

Terra incognita

A Tel-Aviv, Alice connaît le succès avec la publication de son premier roman. Elle se replie pourtant sur elle-même, dépressive, obsédée par un violeur en série qui s’introduit par effraction chez ses victimes. Au sortir de sa dépression, l’autrice prépare un documentaire sur les jeunes appelés au service militaire, et rencontre à cette occasion son voisin Zvi, étudiant musicien. Alice, a quitté son compagnon, et Zvi, introverti se réfugie dans le sexe virtuel.A A cause de leur névrose respective, Alice et Zvi sont contrariés et frustrés dans leur relation à l’autre. Ils ont en commun l’appréhension du sexe. Alice se demande si elle n’a pas elle-même été victime du violeur qui l’aurait droguée. Zvi est bridé par son manque d’assurance alors qu’il est courtisé par une de ses amies étudiantes. La rencontre de ces deux profiles psychologiques va créer une situation inédite et les faire basculer en terre inconnue.

Floutage

Complexe dans son récit, Stripped (Dépouillé) traite la prédominence du physique sur les sentiments. Le film suit parallèlement les deux personnages dans une première partie, pour les faire se rencontrer dans la seconde. Alice quitte son compagnon, la présence du violeur dans la ville déclenche en elle un rejet de toute sexualité. Zvi se refuse à son amie alors qu’il regarde des films pornos sur internet et que le sexe occupe toutes les conversations de ses copains. L’attirance-répulsion va les emmener tous deux là où ils ne veulent pas aller : une  voie pervertie par leur névrose.

Bar Gottfried dans \"Stipped\" de Yaron Shani.
Bar Gottfried dans “Stipped” de Yaron Shani. (Arthouse)

Après une vision masculine, puis féminine des rapports amoureux, Yaron Shani conclut sa trilogie en se focalisant sur le sexe qui devrait les rapprocher. Et c’est tout le contraire qui se produit : le cinéaste transmettant une vision pessimiste des relations homme-femme. Il la stigmatise dans la société israélienne, toile de fond très présente dans les trois films. Les images floutées des sexes, des seins et des visages des prostituées ne sont pas le résultat d’une censure. Elles semblent signifier l’interdit, le tabou sur le sexe à l’origine de toutes les perversions. Bien vu.

L\'affiche de \"Stripped\" de Yaron Shani.
L’affiche de “Stripped” de Yaron Shani. (Arthouse)

La fiche

Genre : Drame
Réalisateur : Yaron Shani
Acteurs : Bar Gottfried, Laliv Sivan, Michael Uria
Pays : Israël / Allemagne
Durée : 1h59
Sortie : 16 septembre 2020
Distributeur : Art House

Synopsis : Alice et Ziv sont voisins dans un quartier de Tel-Aviv. Alice vient de publier un premier roman particulièrement remarqué. Ziv est un adolescent passionné de musique, mal à l’aise avec l’expression de ses sentiments. Alice pense que Ziv pourrait être le cœur d’un projet documentaire mais leur rencontre va prendre un tournant inattendu.

A propos de l'Auteur

-