Publié le: mar, Juil 21st, 2020

Soudan : Omar el-Béchir, jugé pour coup d’Etat, risque la peine de mort

Share This
Tags

L’ex-président soudanais Omar el-Béchir comparaît ce mardi 21 juillet devant la justice à Khartoum. Il risque la peine de mort pour son coup d’Etat de 1989 contre le gouvernement démocratiquement élu du Premier ministre Sadek al-Mahdi. Il s’agit d’un procès inédit dans le monde arabe, car jamais l’auteur d’un putsch réussi n’avait été jugé dans l’histoire récente.

Omar el-Béchir sera dans le box des accusés avec dix autres militaires et six civils, parmi lesquels ses anciens vice-présidents Ali Osman Taha et le général Bakri Hassan Saleh. Après une instruction menée par le bureau du procureur, il sera jugé par une cour spéciale composée de trois juges.

“Omar el-Béchir et Bakri Hassan Saleh ont refusé totalement de coopérer lors de l’instruction, mais ils seront présents au tribunal”, a affirmé à l’AFP Moaz Hadra, un des avocats à l’origine de la procédure contre le dictateur déchu.

Le colonel devenu général

Le 30 juin 1989 au petit matin, la radio annonçait un coup d’Etat au Soudan. L’armée fermait l’aéroport, procédait à l’arrestation des principaux dirigeants politiques et suspendait les institutions, notamment le Parlement. Le colonel Béchir, devenu ensuite général, est resté au pouvoir pendant trente ans.

Renversé le 11 avril 2019 après un mouvement de contestation populaire qui a duré quatre mois, il est depuis emprisonné. Son procès et celui de seize co-accusés intervient alors que le gouvernement de transition post-révolutionnaire du Soudan a lancé une série de réformes dans l’espoir de rejoindre pleinement la communauté internationale.

Le Darfour

Le Soudan s’est également engagé à livrer Béchir à la Cour pénale internationale (CPI) pour qu’il soit jugé pour crimes de guerre et génocide dans le cadre du conflit au Darfour en 2003-2004, qui a fait 300 000 morts et des millions de déplacés.

Le pays a connu trois coups d’Etat depuis son indépendance en 1956, celui du général Ibrahim Abboud (1959-1964) puis celui mené en mai 1969 par le colonel Gaafar Mohammad Nimeiri, au pouvoir jusqu’en 1985, et enfin le coup d’Etat d’Omar el-Béchir.

Ce procès sera un avertissement à toute personne qui essaiera de détruire le système constitutionnel et sera jugée pour ce crime. Cela sauvegardera la démocratie soudanaise. Nous espérons ainsi clore l’ère des putschs au SoudanMoaz Hadra, avocatà l’AFP

“Procès politique” 

Les accusés auront 150 avocats pour les défendre, a expliqué à l’AFP l’un d’eux, Me Hachem al-Gali. “Pour nous, il s’agit d’un procès politique qui se cache derrière la loi. Ce procès va se dérouler dans un environnement hostile de la part du système judiciaire envers les accusés et nous pourrons le prouver”, a-t-il expliqué. Pour lui, ce procès n’a pas lieu d’être car les faits se sont déroulés il y a plus de dix ans. Parallèlement, l’avocat met en avant le bilan politique d’Omar el-Béchir, qui a signé en 2005 un accord de paix avec les rebelles du Sud cautionné par l’ONU, la Ligue arabe, l’Union européenne et l’Union africaine.

Hassan Tourabi, le grand absent

Pour l’ex-général de police Salah Mattar, qui fut chef de la sécurité intérieure en 1989, ce procès est un soulagement. “J’avais observé six mois avant le coup d’Etat des mouvements et des réunions du Front National Islamique (islamistes) et fait un rapport au ministre de l’Intérieur Moubarak al-Mahdi, mais il l’a ignoré. Après le coup (d’Etat), j’ai été chassé avec six hauts gradés de la police.”

Cependant, il y aura un grand absent à ce procès, le cerveau du coup, l’islamiste Hassan Tourabi. Ce dernier, qui a longtemps été le mentor de M. Béchir, est mort en 2016.

A propos de l'Auteur

-