Publié le: jeu, Mai 14th, 2020

Show, concert, tournée… à l’heure du Covid-19, le spectacle vivant rebondit sur Internet

Share This
Tags

Des tournées digitales, des spectacles de stand-up interactifs, des shows offerts sur les réseaux sociaux… Les artistes se réinventent en mode 2.0 alors que les salles resteront fermées encore un moment.

Le lundi à Lille, le mardi à Strasbourg, le jeudi à Saint-Raphaël, le lendemain à Paris… Le musicien Medi a vécu la semaine dernière le rythme d’une vraie tournée. Comme avant. L’Aéronef, la Laiterie, le Bus Palladium : le chanteur a écumé les salles avec sa guitare et ses chansons « feel good ». A un détail près : il s’est produit en direct sur les pages Facebook des différents lieux depuis son salon, à Nice.

« C’est bizarre à dire, mais je sens vraiment les gens, la salle, confie celui qui a notamment été le batteur de Charlie Winston. Il faut faire appel à son imaginaire mais quand on voit au compteur qu’il y a 160 ou 200 personnes, bah il faut y aller, les capter ! Et quand les gens se déconnectent un peu, c’est comme quand, en concert, certains vont discuter au bar. »

Imaginer de nouveaux formats

Un exemple parmi d’autres de la façon dont le spectacle vivant tente de rebondir sur la toile. Les artistes n’ont pas attendu le récent discours d’Emmanuel Macron les exhortant à « se réinventer » pour imaginer de nouveaux formats. Depuis la fermeture des salles en mars, les initiatives fleurissent. Il y a d’abord eu les chansons de stars ou les pastilles vidéos d’humoristes postées sur les réseaux sociaux. Et puis les choses ont commencé à se structurer.

Le Printemps de Bourges, qui sonne habituellement le lancement de la saison des festivals, a été le premier à devoir revoir sa copie en se muant en « Printemps imaginaire ». Le jour où ils devaient se produire sur scène, les artistes dévoilaient une création inédite sur Internet. Résultat : 110 vidéos, 500 000 vues et plus de 3 millions de visiteurs.

Un demi-million de vues, c’est aussi quasiment le score déjà atteint par Dédo. L’humoriste, coupé en plein rodage de son troisième spectacle, a décidé de mettre son deuxième (et très réussi) one-man-show en ligne, gratuitement, sur YouTube alors même que des DVD étaient en préparation. « Juste un geste cool pour offrir aux gens une heure pour penser à autre chose et rire », résume l’humoriste. Aspect positif : cette vitrine lui a permis de toucher un public qui ne le connaissait pas. « Si ça peut aider à remplir les salles après… »

Pour se remettre dans le jeu

Garder le lien avec le public, c’est aussi ce qu’avait en tête Shirley Souagnon lorsqu’elle a lancé début mai ses plateaux de stand-up sur le Web sous l’égide de sa toute jeune salle parisienne, le Barbès Comedy Club. L’humoriste, qui vient de lancer une cagnotte sur le Web pour sauver sa maison du stand-up, organise des lives interactifs via l’application Zoom avec la présence de public dans des cases. « Pour nous, humoristes, c’est une autre façon de se remettre dans le jeu, acquiesce Sebastian Marx, l’un des participants. Il est possible que l’on soit dépendant de ce format pendant longtemps. On doit donc essayer de l’apprivoiser au mieux. »

 

Shirley Souagnon (à g.) a lancé début mai ses plateaux de stand-up sur le Web. On Time prod x Blonde production
Shirley Souagnon (à g.) a lancé début mai ses plateaux de stand-up sur le Web. On Time prod x Blonde production  

« Avec les nouveaux outils du digital, il y a des vibrations que je ressentais pas avant », positive Medi. Le chanteur sera en direct mardi de la page Facebook de Chateau Rouge à Annemasse (Haute-Savoie) puis de celle du Mas des Escaravatiers à Puget-sur-Argens (Var), jeudi. On the (digital) road, again.

Les festivals aussi se réinventent

Pour éviter un été noir, malgré l’absence des artistes internationaux, de plus en plus de festivals suivent l’exemple du Printemps de Bourges avec son « Printemps Imaginaire ».

A Paris, le très écologique et pop We Love Green prépare une édition numérique les 6 et 7 juin. Bonnes nouvelles pour les amateurs de Jazz, l’incontournable Marciac (Gers) travaille sur une édition virtuelle du 24 juillet au 15 août et le festival de Maisons-Laffitte (Yvelines) tournera fin mai « pour continuer à promouvoir et rémunérer les artistes et tous les métiers du spectacle, de l’attaché de presse à l’ingénieur du son ». Sept concerts (Bireli Lagrène, Anne Paceo, David Linx, André Ceccarelli…), filmés avec une équipe et un public réduits dans l’ancienne église de la commune, seront diffusés du 12 au 21 juin sur les réseaux sociaux et le site du festival.

Grand rendez-vous classique début juillet, les Rencontres musicales d’Évian proposeront du 4 au 9 six concerts sans public mais diffusés en direct sur Radio Classique et Medici.tv. La mythique Grange au Lac accueillera Marie-Agnès Gillot, les quatuors Modigliani et Ebène, Gautier Capuçon…

Le cinéma a aussi du répondant. Le Festival Atmosphères, qui réunit depuis dix ans en octobre à Courbevoie (Hauts-de-Seine) artistes et scientifiques autour des sciences et de l’environnement, se décline depuis le début du confinement en une rencontre hebdomadaire le vendredi à 18 heures sur YouTube, « L’effet Pangolin », animée par son président d’honneur, Sébastien Folin. La prochaine réunira l’astrophysicien Hubert Reeves, la chanteuse Yaël Naïm et le street artiste C 215.

A Paris, le Champs-Elysées Film Festival est maintenu « on line » du 9 au 16 juin avec accès gratuit aux films sélectionnés, masterclasses de Stephen Frears et Edgar Wright et concerts de Barbara Carlotti, Lucie Antunes, Yuksek, Clara Ysé…

 

Le prestigieux Festival international du film d’animation d’Annecy est lui aussi maintenu du 15 au 30 juin avec une accréditation grand public qui permettra d’accéder aux films en compétition, courts-métrages, leçons de cinéma… C’est le seul festival payant, mais pour 15 euros, l’offre devrait être attractive. La sélection sera dévoilée le 18 mai.

A propos de l'Auteur

-