Publié le: ven, Déc 13th, 2019

Réforme Foncière / CRAFS : « Il est injuste qu’un seul individu accapare les terres d’une communauté. Une exploitation familiale sans foncier est un banquier sans capital ». (Babacar Diop, admin CNCR)

Share This
Tags

Depuis 2012, les organisations de la société civile sénégalaise se battent aux côtés des paysans pour une réforme foncière inclusive. L’objectif est de sécuriser les droits d’accès et d’utilisation du foncier par les communautés rurales. Selon Babacar Diop administrateur du CNCR, il s’agit d’une priorité, de ce fait : « Une gestion rationnelle s’impose au moment où sur toute l’étendue du territoire, on constate des spéculations foncières, même le monde rural n’est pas épargné ». L’importance de la question foncière au Sénégal n’est pas à démontrer. Elle recoupe à la fois des enjeux d’ordre politique, économique, socio-culturel et environnemental. Dans le contexte sénégalais, l’application de la loi sur le domaine national rencontre beaucoup de difficultés et soulève de nombreux problèmes en milieu rural. Au niveau national, la réforme foncière est au point mort depuis le dépôt, le 07 Avril 2017, du document de politique foncière. « Le foncier est une généralité mais nous, on travaille dans le monde rural et nous croyons qu’il est temps que les autorités réagissent. Il est injuste qu’un seul individu accapare les terres d’une communauté. Une exploitation familiale sans foncier est un banquier sans capital », a–t-il ajouté. Pendant ce temps, le gouvernement trouve des moyens pour lever les contraintes foncières de ses projets sans attendre la finalisation de la réforme en cours. C’est le cas avec la mise en place des ZES pour lesquelles une loi spécifique a été adoptée en Janvier 2017 et dont la stratégie de déploiement à l’échelle du territoire national est déjà en cours (déjà 3 ZES créées via des décrets d’application). Les Zones Économiques Spéciales sont des espaces d’accueil d’activités économiques qui ont pour vocation d’offrir un ensemble d’infrastructures et de services qui assurent aux entreprises les meilleures conditions d’exercice de leurs activités. Alors, « Le président de la République Monsieur Macky Sall doit convoquer les organisations de la société civile qui ont participé à l’élaboration de cette réforme foncière pour au moins instaurer le dialogue. Car le PSE n’aboutira pas sans une sécurité foncière qui est le seul gage des investissements des bailleurs », selon le PCA de Enda Tiers Monde, Mariama Sow. C’était lors de l’AG organisé par le CRAFS le 11 et le 12 décembre au Lac Rose.

A propos de l'Auteur

-