Publié le: mer, Sep 23rd, 2020

Procès FIFA : 28 mois de prison requis contre Nasser Al-Khelaïfi, 3 ans pour Jérôme Valcke

Share This
Tags

Le président du Paris Saint-Germain et de BeIN media, Nasser Al-Khelaïfi, a vu le parquet suisse requérir 28 mois de prison à son encontre dans le procès très attendu autour de la FIFA et de l’attribution de droits télévisés à la société dont le Qatari est à la tête, rapportent l’AFP et l’agence de presse suisse Keystone-ATS. Autre personnage central de cette affaire, le Français Jérôme Valcke, ancien bras droit de Sepp Blatter au sein de la Fédération internationale de football, a vu le parquet se prononcer en faveur d’une peine de trois ans de prison.

Nasser Al-Khelaïfi derrière les barreaux ? Le parquet suisse s’est en tout cas prononcé ce mardi pour une peine de 28 mois de prison dans le cadre du procès FIFA. Le président du PSG est accusé d'”instigation à gestion déloyale aggravée” pour avoir obtenu l’attribution des droits télévisés des Coupes du monde 2026 et 2030 en faveur de BeIN media, qu’il préside également, en échange de faveurs pour Jérôme Valcke. L’ancien numéro 2 de la FIFA a pour sa part vu le parquet requérir trois ans de prison à son encontre. Ces peines sont les deux premières requises en Europe dans le vaste scandale financier qui secoue la FIFA depuis plusieurs années.

Al-Khelaïfi est suspecté d’avoir obtenu les droits TV des compétitions à des conditions décrites comme “très avantageuses” par le parquet, contre plusieurs services rendus en faveur de Valcke, notamment l’usage d’une villa en Sardaigne, acquise par le dirigeant parisien. Il risque jusqu’à cinq ans de prison pour les chefs d’inculpation qui lui sont incriminés.

Nasser Al Khelaïfi et Jérôme Valcke comparaissent depuis lundi à Bellinzone (Suisse) autour d’affaires financières pour assurer le train de vie “de cigale” de l’ancien bras droit de Sepp Blatter à la tête du football mondial, dans des propos tenus par le procureur fédéral Joël Pahud et rapportés par l’AFP. Le procès se poursuit dès mercredi avec la défense des accusés. Les deux hommes ont notamment évoqué mardi un “arrangement privé” indépendant des négociations entre la FIFA et BeIN media. Un arrangement que Jérôme Valcke n’aurait pas notifié lors des échanges entre le géant des médias et le patron du ballon rond mondial.

A propos de l'Auteur

-