Publié le: mer, Oct 21st, 2020

Michel Sardou : rattrapé par une affaire d’usurpation d’identité, le chanteur fait une nouvelle mise au point

Share This
Tags

Cela fait plus de cinq ans que Michel Sardou est victime d’usurpation d’identité sur Internet. Une lettre polémique qu’il aurait signée refaisant surface, le chanteur vient de remettre l’église au milieu du village auprès de la presse française.

Décembre 2015. Une mystérieuse lettre signée Michel Sardou commence à circuler sur les Internets. Un texte destiné à François Hollande (alors président de la République) dans lequel l’auteur déplore que la France soit « colonisée par des gens d’origines diverses », étayant son texte de nombreuses plaintes du même registre, xénophobe, sur les « Africains polygames » ou les « maquereaux roumains »… A l’époque, Michel Sardou avait aussitôt fait savoir qu’il était victime d’usurpation d’identité et que ces écrits infamants n’étaient pas de sa plume. Sur sa page Facebook, le chanteur d’Être une femme déclarait : « Il est bien évident que la lettre publiée sur les réseaux sociaux et adressée à François Hollande est un faux. C’est une usurpation d’identité. » Déclaration qu’il enrichissait sur France Info (avec la verve qu’on lui connaît) en ajoutant : « Je ne sais pas qui est l’abruti qui s’est servi de mon nom pour déverser son fiel, mais si je le choppe il ne va pas regretter le voyage ! Il m’est arrivé de dire des conneries mais le racisme ne me ressemble pas. Et puis je ne parlerai jamais comme ça au président Hollande, même si on a des désaccords. Je suis impuissant face à cette rumeur. Et ça me rend fou. Je ne peux rien faire à part dire aux gens : ne croyez pas ce que dit ce texte, c’est un faux ! »

A nouveau visé par une usurpation d’identité, Michel Sardou réplique

Une semaine après l’attaque des anciens locaux de Charlie hebdo, la mystérieuse lettre refait surface sur les sites internet. Toujours signée Michel Sardou, certains passages y sont relevés par les internautes dont « Moi, l’Islam, je m’en tape le coquillart. » Face au danger que ce genre de déclaration publique peut représenter pour l’artiste, c’est auprès de l’AFP que l’interprète de Ne m’appelez plus jamais France a fait savoir de quel bois il se chauffait le 19 octobre 2020. « Je n’ai jamais écrit cette lettre. Cela fait des années qu’elle traîne sur les réseaux sociaux. J’ai porté plainte il y a plusieurs années pour usurpation d’identité »répète le chanteurContactés en 2015, les avocats de Michel Sardou rappelaient que « le fait d’usurper l’identité d’un tiers (…) en vue de troubler sa tranquillité ou celle d’autrui, ou de porter atteinte à son honneur ou à sa considération, est puni d’un an d’emprisonnement et de 15 000 € d’amende » A bon entendeur (et usurpateur)…

A propos de l'Auteur

-