Publié le: lun, Oct 26th, 2020

Mairies, pharmacies, recettes de cuisine : des dizaines de sites français victimes de cyberattaques

Share This
Tags

Des dizaines de sites français ont été victimes de défiguration ou de défaçage“, a annoncé dans la soirée de dimanche 25 octobre la plateforme gouvernementale cybermalveillance.gouv.fr. Selon les informations de franceinfo, ces cyberattaques ont ciblé majortiairement de petits sites web, peu protégés. Elles ont eu lieu dans la foulée d’appels au boycott de produits français, après les propos d’Emmanuel Macron, qui a promis que la France continuerait de défendre les caricatures du prophète Mahomet.

Des pages remplacées par de la propagande

Dans les faits, ces sites internet ont vu certaines de leurs pages, en général l’accueil, être remplacées par des contenus de propagande : des messages anti-Français, pro-islam ou pro-Palestiens, accompagnés de photomontages avec le visage d’Emmanuel Macron. Des sites de mairie, de pharmacie, voire de camping ou de recettes de cuisine ont été touchés. Ces sites web, souvent mal protégés, présentaient des vulnérabilités techniques. Aucun grand site gouvernemental ou privé n’est en revanche concerné.

Une grande partie des attaques proviennent du Bangladesh, même s’il est impossible de savoir si elles émanent vraiment de pirates présents dans ce pays ou alors d’autres pays via des relais au Bangladesh. Selon cybermalveillance.gouv.fr, elles n’étaient pas d’un niveau technique très élevé, rien à voir avec la vague de cyberattaques qui ont frappé la France en 2015 après l’attaque de Charlie Hebdo

Après la publication de plusieurs messages d’Emmanuel Macron, en français, en anglais et en arabe, dimanche soir, où le chef de l’Etat assure que “la liberté, nous la chérissons; l’égalité, nous la garantissons ; la fraternité, nous la vivons avec intensité. Rien ne nous fera reculer, jamais”, de nombreux messages haineux ont été publiés sur les réseaux sociaux, notamment sur la page Facebook de TF1. Certains relayaient l’appel au boycott de produits français, d’autres fustigeaient la liberté d’expression. Des messages en provenance du Yemen, d’Arabie Saoudite ou du Pakistan, mais aussi de Saoudiens ou d’Emiratis installés en Europe.

A propos de l'Auteur

-