Publié le: mar, Juil 21st, 2020

Certains vous pourrissent la journée” : des commerçants racontent comment ils “font la police” pour faire respecter le port du masque

Share This
Tags

C’est une bataille de chaque instant. Tous les jours, je bataille.” Léa Kitzinger, fleuriste dans le Haut-Rhin, s’agace. Chaque jour, des clients entrent dans sa boutique sans masque, alors qu’il a été rendu obligatoire dans les espaces clos, depuis lundi 20 juillet, afin de lutter contre la propagation du coronavirus.

>> Retrouvez les dernières informations sur la pandémie de Covid-19 dans notre direct

“On n’est pas au bal masqu锓je n’ai pas besoin d’un scaphandrier”, rétorquent certains clients, quand la fleuriste les rappelle à leur obligation. Elle estime à 80% la part de personnes qui arrivaient sans masque, avant cette nouvelle règle.

“Le dernier en date est un jeune vacancier qui nous a répondu qu’il n’en avait rien à foutre de payer une amende”, fulmine Patrick Coret, buraliste près du bassin d’Arcachon, en Gironde. Son établissement reçoit entre 400 à 500 clients par jour, dont environ un tiers se présente le visage découvert. “C’est énorme (…) On passe la journée à faire la police”, commente-t-il.

Des clients “très arrogants avec le personnel”

Toutefois, les commerçants joints par franceinfo assurent qu’il n’y a généralement pas besoin d’argumenter. “J’ai 80-90% des clients qui arrivent avec un masque et ceux qui n’en portent pas en arrivant ne rechignent pas du tout”, nuance James*, libraire en région parisienne.

Françoise Guitet, horticultrice dans le Morbihan, explique qu’avant lundi, le rappel à l’ordre ne posait pas de problème avec l’écrasante majorité des personnes non-masquées, “un bon quart” des clients, selon elle. En plus de la mise en place un protocole sanitaire strict dans son établissement, elle avait imposé le port du masque aux clients dès le début du déconfinement. D’après elle, lorsque la remarque leur est faite, ils sortent un masque de leur poche ou vont en chercher un dans leur voiture. S’ils campent sur leur position, elle dégaine un argument qui fait mouche.

Lorsque les clients ne veulent pas porter de masque, je leur dis tout simplement qu’ils ne pourront pas recevoir de conseils.Françoise Guitet, horticultriceà franceinfo

De petites frictions surviennent parfois. Le directeur d’un hôtel lyonnais relate que des clients se montrent “parfois très arrogants envers le personnel lorsque nous leur demandons de porter un masque”. Il raconte avoir notamment entendu des réflexions comme : “Si vous n’êtes pas contents, je vais changer d’hôtel.” Selon lui, es clients peuvent être “arrogants en étant poli et arrogants en étant vulgaires”.

Pour Patrick Coret, si les remarques sur le port du masque passent très bien la plupart du temps, une infime partie de réfractaires “fout le moral en l’air”“C’est usant”, souffle-t-il.

Ce sont les quelques mauvais caractères qui vous pourrissent la journée.Patrick Coret, buralisteà franceinfo

Les personnes qui font le plus de résistance seraient souvent des personnes âgées, avancent les commerçants contactés par franceinfo. “Beaucoup de mes clients, notamment des séniors, se moquent éperdument de porter un masque”, affirme Léa Kitzinger. Françoise Guitet partage ce constat. Dans son établissement, un quart des personnes qui ne portent pas de masque sont “des gens assez âgés”, qui se montrent “agressifs”“Ce n’est pas mon problème”“que je meurs de ça ou d’autre chose…” répondent certains. Massy*, une vendeuse dans un magasin parisien, confirme : “‘Je ne suis pas un enfant, vous n’avez pas à me parler comme ça’, nous disent des personnes d’un certain âge.”

L’obligation généralisée, “c’est confortable”

Face à ces remarques et ces comportements, les professionnels joints par franceinfo saluent de façon unanime l’obligation du port du masque dans les commerces. “Tant que ce n’était pas imposé, des clients tentaient malgré tout de faire sans”, remarque James*, libraire en région parisienne. “C’est très humain”, selon lui. Désormais, il se réjouit de pouvoir faire valoir que le port du masque n’est pas une mesure propre à son établissement mais généralisée. “C’est plus facile” de se faire entendre, d’après Massy. “C’est génial, c’est confortable”, se félicite Françoise Guitet, qui juge “délirant que cette mesure n’ait pas été appliquée depuis le début”“Nous, en tant que commerçants, nous n’avons pas compris pourquoi ce n’était pas obligatoire au moment du déconfinement”, confirme James.

On ne comprenait pourquoi il n’y avait pas de directive claire, plutôt que de nous dire ‘chacun fait comme il veut de son côté’.James, libraireà franceinfo

Les remarques sur les masques et les gestes barrières ne vont pas forcément s’arrêter du jour au lendemain avec cette obligation. Si Françoise Guitet évoque un changement “radical” depuis lundi matin, Patrick Coret rapporte que de nombreux clients se présentent encore le visage découvert. Après avoir fait preuve de tolérance pour la première journée, il compte bien refouler les fortes têtes ou les étourdis, dès mardi. “On va devoir quand même faire la police”, déplore-t-il.

*Le prénom a été modifié

A propos de l'Auteur

-