Publié le: lun, Sep 9th, 2019

Bizutage: Valérie Pécresse raconte son expérience “humiliante”

Share This
Tags
La présidente de la région Île-de-France Valérie Pécresse a raconté sur Europe1 son expérience du bizutage.

POLITIQUE – À l’approche de la rentrée universitaire, les actes sexistes et violents des bizutages préoccupent toujours les pouvoirs publics. Après deux nouvelles alertes à Rennes et Nîmes, le comité national contre le bizutage lance ce lundi 9 septembre une campagne sur les réseaux sociaux baptisée #JeDisStop en prévision des week-ends d’intégration.

Une démarche soutenue par la présidente de la région Île-de-France Valérie Pécresse, qui a raconté ce lundi sur Europe1, sa propre expérience “humiliante” du “bizutage institutionnalisé” subi alors qu’elle était en classe préparatoire. “Physiquement, c’était très éprouvant parce qu’on nous faisait dormir sous nos lits, puis on nous réveillait à 5 heures du matin pour aller crapahuter dans la boue, un peu comme un service militaire trash”, a-t-elle narré, déplorant “le sadisme qui s’exprime” en marge de ces rites d’intégration.

“Au bout d’une semaine, certains craquaient”

“On devait également manger contre un mur en faisant la chaise avec les bizuteurs sur les genoux. Au bout d’une semaine, certains craquaient”, raconte encore l’ancienne ministre de l’Enseignement supérieur de Nicolas Sarkozy, en détaillant, toujours sur Europe 1, son pire souvenir.

“J’avais été choisie pour ‘sucer la pine du zèle’, c’est-à-dire être à genoux sur une estrade les yeux bandés alors que l’on vous met quelque chose dans la bouche, sans vous dire ce dont il s’agit. C’était une saucisse, mais c’était très humiliant”.

Tout récemment, la ministre de l’Enseignement supérieur Frédérique Vidal a encore pointé du doigt des “pratiques intolérables” après que deux étudiants en médecine ont été blessés à Rennes après avoir reçu du vinaigre blanc dans les yeux lors d’une soirée d’intégration.

“On sait très bien ce qui est humiliant, comme on sait très bien ce qui est drôle. Et ce sont les étudiants qui doivent faire les gendarmes, sinon ça ne marche pas”, pointe Valérie Pécresse en appelant les étudiants à l’autorégulation.

Pour guider les étudiants dans (…)

Retrouvez cet article sur le Huffington Post

A propos de l'Auteur

-