Publié le: jeu, Oct 15th, 2020

A Poitiers, les étudiants-parents mènent deux vies en une

Share This
Tags

Jaël est à la fois étudiante et maman de deux petites filles. La journée commence invariablement à 7h pour amener les enfants à la crèche, puis à l’école. Alors seulement, elle peut se rendre à la fac pour suivre ses cours de master en droit international.

C’est ma vie quoi. Ça a été difficile au début, parce qu’on ne se doute pas que tu as des enfants à déposer le matin. Pour ma part c’est un choix que j’ai fait, et que j’assume totalement.

Jaël Martens, étudiante en master de droit international à Poitiers

Jaël Martens, étudiante en Master de Droit international à Poitiers.
Jaël Martens, étudiante en Master de Droit international à Poitiers. • © Antoine Morel – France Télévisions

Au début, Haroun a eu du mal lui aussi à concilier sa vie d’étudiant et son rôle de parent, à l’heure où ses camarades enchainent les soirées.

Je me disais que c’était un gros handicap. Mais au fond, de voir tout ce monde dans le même cas que moi, finalement je me dis que ça va, c’est la vie, c’est comme ça.

Haroun Kaba, étudiant en licence de droit à Poitiers

Haroun Kaba, étudiant en Licence de Droit à Poitiers.
Haroun Kaba, étudiant en Licence de Droit à Poitiers. • © Antoine Morel – France Télévisions

Depuis un an, une association d’étudiants-parents s’est montée sur le campus pour pouvoir se rencontrer, échanger et tenter d’apporter des solutions aux nouveaux venus. Et s’efforcer de dégonfler les préjugés.

Un des objectifs de l’association est de lutter contre l’image qui veut qu’une étudiante qui a un enfant, forcément, c’était pas désiré. On a des étudiants qui arrivent à 18 ans et qui repartent à 27, voire 28 ans. C’est vraiment un âge où on est en train de construire sa vie d’adulte, et ces projets-là peuvent exister.

Céline Magnant, directrice de la Maison des Etudiants de l’université de Poitiers 

L'université de Poitiers
L’université de Poitiers • © Antoine Morel – France Télévisions

Pour tenter d’apporter des solutions aux étudiants-parents, l’université de Poitiers vient officiellement de reconnaître leur situation.

C’est une décision politique, pour permettre un aménagement de leur emploi du temps. Ils ont désormais la possibilité d’être absent pour une échographie ou pour un rendez-vous médical avec leur enfant.

Isabelle Lamothe, vice présidente de l’université de Poitiers, culture et vie du campus

Dans l’avenir, l’association d’étudiants-parents devrait continuer de s’étoffer. Et travailler peut-être à l’implantation d’une crèche associative sur le campus de Poitiers, comme il en existe déjà sur celui de Lille, Caen ou Toulouse, entre autres.

L'université de Poitiers

A propos de l'Auteur

-