Publié le: mer, Juil 22nd, 2020

À la découverte du Parc Provincial de la Rivière Bleue en Nouvelle-Calédonie

Share This
Tags

Un air de far west perdu au milieu d’une végétation luxuriante… Cette zone, autrefois exploitée pour ses minerais et devenue parc naturel en 1980, abrite aujourd’hui des écosystèmes parmi les plus riches de Nouvelle-Calédonie. Au milieu des vestiges de l’exploitation humaine, comme le pont Pérignon se cache un véritable trésor naturel.

Plusieurs écosystèmes

Maquis miniers, forêts denses, zones humides : plusieurs écosystèmes cohabitent dans les 220 kilomètres carrés du parc. Ils abritent de nombreuses espèces animales endémiques, comme les somptueux papillons bleus, les grands notous, et les très musicaux cagous, emblèmes de la Nouvelle-Calédonie. Cet arbre de 40 mètres de hauteur et 2,7 mètres de diamètre, vieux de plus de 1000 ans, est le plus grand kaori connu de l’archipel, une autre espèce endémique. Autre trace du passage de l’homme, le barrage de Yaté qui a inondé la vallée en 1958, donnant naissance à ce gigantesque lac aux couleurs turquoises et à cette forêt noyée, dont les troncs de chênes gommes se dressent encore plus de 60 ans après.

Plusieurs de ces paysages sont visibles grâce à une piste en terre traversant le parc. Mais pour s’enfoncer plus profondément dans la nature et découvrir les endroits plus reculés, il est possible d’emprunter les nombreux sentiers de randonnées du parc ou de parcourir certains cours d’eau en canoë-kayak.

A propos de l'Auteur

-