Publié le: sam, Déc 29th, 2018

Booba et Kaaris peuvent-ils vraiment organiser un combat pour régler leurs comptes en public ?

Share This
Tags

Où tu veux, quand tu veux et n**** ** **** ! » Depuis mardi 25 décembre, Booba et Kaaris ne cessent de se défier sur Instagram pour organiser un combat sur un ring. Les deux rappeurs, récemment condamnés à de la prison avec sursis pour leur rixe dans l’aéroport d’Orly, souhaitent ainsi solder leurs comptes après des années de clashs et d’insultes.

Un sport sous le coup d’une interdiction en France

Des fausses affiches de l’évènement ont fleuri sur internet et Cyril Hanouna a même proposé d’organiser le combat à la U Arena à Paris. Booba a d’abord suggéré un match de boxe thaï ou de boxe anglaise, mais Kaaris a réclamé un combat « sans arbitre, sans règle ». Sur les réseaux sociaux, les deux hommes semblent finalement s’être mis d’accord pour un match de Mixed Martial Art (MMA).

Cette discipline, née dans les années 1980, mêle à la fois coups de pieds, de genoux, de poings, de coudes, la lutte et autorise la frappe au sol. Problème : un arrêté sur les sports de combat interdit depuis 2016 les compétitions de MMA en France, sans pour autant nommer directement le sport. Trois recours distincts ont été déposés devant le Conseil d’Etat, mais la juridiction administrative a validé l’interdiction.

Une parade pour avoir le droit de se cogner

Il est toujours possible de pratiquer du MMA mais dans le cadre d’entraînements, organisés par des associations puisqu’il n’y a pas de fédération de MMA en France. Impossible donc d’organiser des évènements publics, avec des places vendues. S’ils tentent malgré tout de le faire, la manifestation pourra être interdite par le préfet. « Le non-respect d’une décision d’interdiction est puni d’un an d’emprisonnement et de 15 000 euros d’amende », rappelle le ministère des Sports, interrogé par franceinfo.

Il existe cependant une parade pour que les deux hommes puissent s’affronter, légalement, à coups de poings. « Booba et Kaaris peuvent organiser un combat de pancrace », explique à franceinfo Mohamed Temmar, vice-président de la Fédération de pankration et d’arts martiaux mixtes, une association sportive. Les règles de ce sport de combat, né dans la Grèce Antique, « sont globalement les mêmes que la MMA à la différence que les coups portés au sol sont interdits. Ils peuvent aussi s’affronter dans un octogone, comme ils le veulent », précise cet ancien promoteur, qui a fait part de ses connaissances à l’entourage de Booba.

La préfecture arbitrera

Le pancrace est reconnu par l’Etat et est régi par une instance : la Fédération française de kick boxing, muay thaï et disciplines associées (FFKMDA). En cas de combat de pancrace entre les deux rappeurs, « c’est elle qui devra organiser l’évènement, fournir un cadre juridique, les arbitres, les assurances », explique Mohamed Temmar. Booba et Kaaris devront cependant avoir une licence de pancrace, tout comme leurs éventuels coachs, s’ils veulent monter sur le ring.

Ce n’est pas gagné pour autant. Le préfet peut à tout moment décider d’interdire la manifestation en faisant jouer le risque d’atteinte à l’ordre public, rappelle le ministère des Sports à franceinfo. « Après ce qu’il s’est passé à Orly, la préfecture peut craindre que cela tourne à l’affrontement entre les clans de Kaaris et de Booba », estime Mohamed Temmar. Autant d’éléments qui rendent encore très incertaine la tenue de ce match que certains nomment déjà le « combat du siècle ».

A propos de l'Auteur

-