Publié le: mer, Nov 21st, 2018

Dix jours de garde à vue supplémentaires pour Carlos Ghosn

Share This
Tags

Le patron de l’alliance Renault-Nissan-Mitsubishi, soupçonné d’avoir dissimulé une partie de ses revenus au Japon, pourrait demeurer en garde à vue jusqu’au 30 novembre. Renault a désigné un dirigeant par intérim.
Le tribunal de Tokyo a approuvé la prolongation de la garde à vue de Carlos Ghosn pour une durée de 10 jours supplémentaires à compter de mercredi, soit jusqu’au 30 novembre, ont rapporté mercredi les médias japonais. Le P-DG de l’alliance Renault-Nissan-Mitsubishi Motors avait été arrêté lundi à Tokyo sur des soupçons de malversations. Contactés par l’AFP, le tribunal et le bureau du procureur ont indiqué ne pas commenter ce type de décision sur un cas particulier.

Le parquet reproche au Franco-libano-brésilien d’avoir «conspiré pour minimiser sa rétribution à cinq reprises entre juin 2011 et juin 2015», en déclarant une somme totale de 4,9 milliards de yens (environ 37 millions d’euros) au lieu de près de 10 milliards de yens. Un de ses collaborateurs, Greg Kelly, interpellé simultanément, a également vu sa durée de détention étendue, toujours selon les médias.

Intérim chez Renault
Côté français, le conseil d’administration de Renault a désigné mardi soir le numéro deux de l’entreprise Thierry Bolloré pour assurer l’intérim de Carlos Ghosn, qui reste P-DG. Thierry Bolloré, 55 ans, que Carlos Ghosn avait choisi comme bras droit en février dernier, s’est vu confier «à titre provisoire» la direction exécutive du groupe et disposera donc des «mêmes pouvoirs» que le P-DG, qui demeure à son poste mais dont le conseil n’a pu que constater qu’il était «temporairement empêché».
Le conseil a aussi indiqué qu’il se «réunira(it) régulièrement, sous la présidence de l’administrateur référent» Philippe Lagayette, «pour préserver les intérêts de Renault et assurer la pérennité de l’Alliance» avec les constructeurs japonais Nissan et Mitsubishi. Cette nomination sans surprise de Thierry Bolloré épouse le souhait énoncé plus tôt mardi par le ministre français de l’Économie Bruno Le Maire de mettre immédiatement en place un intérim à la tête du constructeur dont l’État détient 15% du capital.

 

https://www.parismatch.com/Actu/Economie/Dix-jours-de-garde-a-vue-supplementaires-pour-Carlos-Ghosn-1589459

A propos de l'Auteur

-