Publié le: mar, Août 7th, 2018

Conflit d’intérêts : Alexis Kohler visé par de nouvelles accusations

Share This
Tags

En 2010 et 2011, le secrétaire général de l’Elysée aurait approuvé des contrats à venir entre une filiale du groupe de croisières MSC, fondé et dirigé par les cousins de sa mère et le grand port maritime du Havre (GPMH), où il siégeait au sein du conseil de surveillance.

L’étau se resserre autour d’Alexis Kohler. En mai dernier, le secrétaire général de l’Élysée a été accusé de conflit d’intérêts, après une enquête de Mediapart. D’après le site d’informations, le bras droit d’Emmanuel Macron a siégé, à partir de 2010, au conseil d’administration de STX France. Problème: cette société, chargée de la construction navale à Saint-Nazaire, a comme premier client le groupe de croisières MSC, fondé et dirigé par des cousins de sa mère. Ces révélations avaient entraîné l’ouverture d’une enquête du parquet national financier (PNF) pour «vérifier si les règles relatives à la mise en disponibilité des agents publics» avaient bien été respectées.

» LIRE AUSSI – Le secrétaire général de l’Élysée visé par une enquête du parquet national financier

En 2014, Alexis Kohler tente de travailler pour l’armateur MSC, mais il est dans un premier temps débouté par la commission de déontologie de la fonction publique. Finalement, en août 2016, il parvient à devenir le directeur financier de la filiale croisière, après feu vert de l’institution. Mais, malgré ses fonctions, le proche du président a toujours affirmé être resté éloigné des différents dossiers de l’entreprise. Ce lundi, Mediapart affirme le contraire, dans une nouvelle enquête.

Deux contrats approuvés

Entre 2010 et 2012, Alexis Kohler, alors représentant de l’Agence des participations de l’État, siégeait au conseil de surveillance du Grand port maritime du Havre (GPMH). Il était notamment accompagné de l’actuel premier ministre, Édouard Philippe. Le proche d’Emmanuel Macron a pris la parole lors de deux réunions, en septembre 2010 et 2011. Il (…) Lire la suite sur Figaro.fr

A propos de l'Auteur

-