C’est un nouvel élément qui plombe un peu plus la défense de l’Elysée dans l’affaire Alexandre Benalla. Suspendu pendant deux semaines après avoir frappé un manifestant le 1er mai, l’ancien conseiller d’Emmanuel Macron aurait également vu «ses prérogatives réduites», selon la présidence de la République. Lors d’une déclaration de crise, le porte-parole de l’Elysée assurait jeudi matin que le chef de cabinet adjoint d’Emmanuel Macron avait été démis de ses fonctions de «responsable de la sécurité des déplacements du président de la République».

Paris, 14 juillet 2018. Champs-Elysées. Emmanuel Macron et Alexandre Benalla. Emmanuel Macron, Président de la République traverse l'avenue des Champs-Elysées pour saluer les spectateurs du défilé militaire. COMMANDE N° 2018-0948

Interrogé par Libération, l’Elysée précise que son rôle était, jusqu’au 1er mai, de faire «l’interface entre les différents services chargés de la sécurité du président et le cabinet». Mais qu’ensuite, «il s’est uniquement occupé d’organiser des événements au Palais, à l’exception de deux gros événements : la panthéonisation de Simone Veil et la réception des Bleus». «Cette réduction de périmètre a été strictement observée», insiste la présidence.

De nouvelles photos très récentes documentant le rôle d’Alexandre Benalla au plus proche d’Emmanuel Macron, que révèle Libération, contredisent totalement les déclarations de l’Elysée. Ces images ont été prises à l’occasion du défilé du 14 juillet, l’un des événements les plus sensibles de l’année en termes de sécurité, par notre photographe Marc Chaumeil. Ce jour-là, notre collaborateur a pris plus de 1 400 photos. Sur une dizaine d’entre elles, on aperçoit clairement Alexandre Benalla s’activer au pas de charge aux côtés d’Emmanuel Macron, des dossiers sous le bras, avec deux agents du Groupe de sécurité de la Présidence de la République. Des clichés qui ne laissent guère d’ambiguïté sur le rôle du conseiller dans le dispositif de sécurité mis en place autour du Président, ce jour-là. Très loin de la version servie par l’Elysée.