Publié le: jeu, Juil 19th, 2018

Val-de-Marne : une mère de famille séquestrée parvient à échapper à ses ravisseurs

Enlevée à son domicile le 11 juillet dernier, une femme était séquestrée depuis une semaine dans un appartement de Villejuif, au sud de Paris. Mardi 17 juillet au soir, elle a réussi à s’échapper.

Dans la soirée du mercredi 11 juillet dernier, plusieurs individus encagoulés s’introduisent au domicile d’une mère de famille de 35 ans à Chevilly-Larue (Val-de-Marne) avant de l’enlever devant les yeux de ses enfants, selon les informations du Point qui révèle l’affaire.

Avant de partir, les ravisseurs laissent sur place un téléphone afin de pouvoir contacter la famille de la victime. Ce qu’ils ne tardent pas à faire, réclamant tout d’abord 700.000 euros pour sa libération. La Brigade de recherche et d’intervention (BRI) est aussitôt chargée de l’affaire mais n’arrive pas à retrouver la trace les criminels.

« On a cru qu’ils s’étaient débarrassés de leur otage »

Plusieurs tentatives de remise de rançon ont été tentées mais aucune n’a abouti. « Le montant de la rançon a évolué à plusieurs reprises, révèle une source policière proche de l’affaire. De 700.000 euros, nous sommes passés à 300.000 euros, puis à 200.000 euros. Plusieurs remises d’argent ont été organisées à différents endroits de la banlieue parisienne. Mais les ravisseurs ne se sont jamais montrés. A un moment, on a cru qu’ils s’étaient débarrassés de leur otage ». La dernière preuve de vie de la femme remontait à la nuit de dimanche où, dans un message audio, elle annonçait le score de la finale de la Coupe du monde.

Mais dans la nuit de mardi à mercredi, l’affaire connaît un retournement de situation. La femme a finalement réussi à échapper à la vigilance de ses ravisseurs en sautant de la fenêtre du deuxième étage de l’appartement où elle était séquestrée. Elle a été immédiatement recueillie par des passants qui l’ont emmenée à la police.

Un possible règlement de compte entre gang ennemis

Cette fuite a permis à la brigade criminelle de remonter jusqu’aux ravisseurs. Ce mercredi 18 juillet, cinq suspects ont été interpellés par la police. Ils sont notamment accusés d’« enlèvement et séquestration en bande organisée sans libération volontaire avant le septième jour » et d’« association de malfaiteurs ». Ces cinq personnes étaient déjà connues de la justice pour des « faits graves » et pour appartenir à un vaste réseau de banditisme dans la banlieue sud parisienne. Il s’agissait, selon une source proche de l’enquête d’un « commando très bien structuré ».

Les enquêteurs essayent maintenant de découvrir pour quelles raisons cette mère de famille a été enlevée par ces hommes. L’une des raisons avancées par les enquêteurs, selon les informations du Point, est la proximité du père adoptif de la victime avec le milieu du grand banditisme, notamment avec le célèbre gang de la Banlieue sud. Le père aurait ainsi été condamné à plusieurs reprises par le passé pour l’enlèvement d’un enfant de cinq ans et divers trafics de stupéfiants au niveau international. Sa proximité avec un gang proche de celui des ravisseurs laisse penser à un règlement de compte.

De plus, selon les informations du Parisien, le père de la victime aurait également enlevé une proche des ravisseurs durant cette semaine afin d’obtenir la libération de sa fille. Cette initiative aurait nécessité l’intervention de la BRI. La Brigade criminelle n’a pas confirmé l’information.

A propos de l'Auteur

-