Publié le: jeu, Juil 19th, 2018

PMA pour toutes : bientôt une loi ?

Un député de la majorité va déposer ce midi une proposition de loi pour étendre la procréation médicalement assistée à toutes les femmes, y compris les homosexuelles. Le gouvernement, lui, veut attendre les lois de bioéthiques début 2019.

 

La PMA pour toutes. C’était un souhait du candidat Macron pendant la campagne présidentielle. C’est aujourd’hui une proposition de loi d’un député de la majorité, qui trouve que le gouvernement ne va pas assez vite sur le sujet.

Guillaume Chiche, député LREM des Deux-Sèvres, va déposer ce midi, comme il l’a confirmé à La Dépêche hier, une proposition de loi autorisant la procréation médicalement assistée (PMA) pour les femmes célibataires et les couples lesbiens, ainsi que le remboursement par la Sécurité sociale de l’acte. «Je propose aussi la reconnaissance automatique de la filiation des enfants nés d’une gestation pour autrui à l’étranger. Elle contient enfin la double filiation maternelle : les deux femmes d’un couple homosexuel seront reconnues comme mères de l’enfant né d’une PMA», expliquait le parlementaire dans un entretien au Journal du dimanche.

 

Bien qu’il s’en défende, le député rajoute un coup de pression sur le gouvernement, après la prise de position du président de l’Assemblée Nationale, François de Rugy, jeudi dernier. Celui-ci souhaitait qu’une proposition soit «inscrite à l’ordre du jour avant la fin de l’année pour être adoptée rapidement», rappelant. Le même jour, le Conseil d’Etat rendait un rapport, formalisant le fait qu’aucun principe juridique ne pouvait interdire l’extension de la PMA.

Si Emmanuel Macron s’était en effet dit favorable à l’ouverture de la PMA pour toutes les femmes durant sa campagne, il a ensuite temporisé une fois élu, souhaitant «un débat apaisé». Hier, le gouvernement n’a pas voulu paraître dépasser. Après le conseil des ministres, son porte-parole a annoncé la présentation d’un projet de loi sur les questions de bioéthiques intégrant la PMA d’ici la fin de l’année, pour un débat début 2019. «Il n’y a pas le début d’un commencement d’un mollissement du gouvernement sur cette question».

La semaine dernière, le vice-président des Républicains et spécialiste de bioéthique, Jean Leonetti, a redit son opposition à cette réforme, estimant que «la mobilisation est possible».

Même au sein de LREM, les avis sont partagés. Certains collègues de Guillaume Chiche, qui viennent de lancer une mission d’information sur ce sujet, ont l’impression de se faire forcer la main et ont exprimé leur agacement mardi. Cette proposition de loi reste un bon moyen de commencer à tâter le terrain. Qui s’avère brûlant.

A propos de l'Auteur

-