Publié le: jeu, Avr 26th, 2018

Sur Twitter, Kanye West affiche clairement son soutien à Trump et c’est à vomir

Share This
Tags

Le retour de Kanye West sur Twitter s’est accompagné d’une vague d’indignation après que le rappeur ait tweeté ouvertement sa bromance avec Donald Trump.

Le retour de Kanye West sur Twitter s’est accompagné d’une vague d’indignation après que le rappeur ait tweeté ouvertement sa bromance avec Donald Trump.

PUBLICITÉ

Est-ce que le moment est arrivé ? Vous savez celui où l’on décide tous à l’unanimité de « cancel » Kanye West… Certains d’entre nous ont pris de l’avance. Dès que le rappeur a affiché ses premiers signes de connivence avec le président américain fin 2016, nombreux ceux qui ont dit adieu à l’artiste. D’autres ont persisté et se sont sentis soulagés lorsque Kanye a supprimé tous ses messages de soutien à Trump en février 2017.

C’était sans compter sur le retour fracassant de monsieur West sur les réseaux sociaux, après des mois d’absence. On a ri de ses premiers tweets pseudo-phylosophiques, on s’est enthousiasmé de l’annonce de nouveaux albums en vrac, on s’est dit que son ego surdimensionné, son amour-propre radical et sa manière de l’exprimer nous avaient presqu’un peu manqué. Puis, hier soir on a réalisé qu’on s’était encore fait avoir. Kanye West est toujours la quintessence de la supercherie.

Fake libre penseur

Il y a d’abord eu cette validation des propos et de la manière de « penser » de Candace Owens, une éditorialiste proche de l’extrême droite américaine qui pense entre autre que dénoncer le racisme est une manière pour les Noirs de se victimiser. (ndlr. Juste pour contextualiser, en 2016 elle a reçu 37,500 dollars de dommages et intérêts après avoir déposé une plainte pour… racisme.)

Puis comme laissant échappé un flux de conscience incontrôlable,  Kanye West s’est lancé dans tout un discours sur la pensée libre. Et de parler de Trump en ces termes : « Vous n’êtes pas obligés d’être d’accord avec Trump mais la meute ne peut pas m’empêcher de l’aimer. On tous les deux des énergies de dragon. C’est mon frère. J’aime tout le monde« .

Pour mieux nous achever avec ce selfie :

« Ma casquette Make America Great Again dédicacée !« , s’emballe le rappeur. La libre-pensée… pour justifier  son soutien à un homme et à un gouvernement qui oppressent les peuples et qui ont complètement décomplexé l’expression raciste aux Etats-Unis ? Ce que fait ici Kanye West en plus d’être décevant est dangereux. Sous couvert de ne pas vouloir suivre les opinions de la masse, et de préserver sa pseudo autonomie et authenticité, le voilà qui en perd toute rationalité. La base de la libre-pensée…  On se demande si Kanye a vraiment réellement pensé son « George Bush doesn’t care about Black People« ou si à l’époque il cherchait juste à ne pas « suivre les tendances ». Encore une fois.

Tirer profit de la controverse

On ne peut pas enlever à Kanye son talent ni ce qu’il a accomplit dans la musique. Des fans, il en a autant du côté des passionnés de rap que dans le show-business.

Et chez les uns comme les autres, l’incompréhension s’est fait sentir. John Legend l’a publiquement désavoué dans une série de tweets, Janelle Monàe a exprimé son désaccord alors qu’elle est en pleine promo de son album. Questlove a annoncé qu’il abandonnait. Jaden Smith et J. Cole ont préféré envoyer des messages subliminaux à cette « fausse idole ».

Chance The Rapper, artiste originaire de Chicago comme Kanye est bien l’un des rares à être allé dans le sens de son big bro, non sans essuyer plusieurs critiques.

Au final, on aimerait bien croire qu’il s’agit encore d’une énième stratégie marketing de Yeezy pour nous vendre des pompes, des vêtements et ses futurs albums à venir. Du trolling de haut vol utilisé à des fins mercantiles, très moche. Après tout, il a appris à bonne école (la Kardashian Family) comment tirer profit de la controverse.

Cette fois-ci, on aura retenu la leçon. Tweets effacés ne valent pas rédemption.

A propos de l'Auteur

-