Publié le: mer, Avr 18th, 2018

« Haine », « violence » et « irrespect »: ambiance à couteaux tirés chez les Meilleurs ouvriers de France

Share This
Tags

Ce petit liseré tricolore est le symbole de l’excellence de l’artisanat à la française. Ceux qui le portent appartiennent à une caste à part, celles des « MOF », pour Meilleur ouvrier de France. Mardi, quelques uns d’entre eux, réunis par le collectif « 100 MOF en colère », se sont donnés rendez-vous devant le Palais Bourbon pour crier leur inquiétude sur l’avenir d’un concours qui serait, selon eux, en passe de se vider de sa substance.

« Cela fait plus d’un an que ça couve. J’ai passé quelques nuits blanches, mais on a décidé de ne pas se laisser piétiner ou de mourir à petit feu », prévient Christian Janier.

« L’excellence, on ne peut pas la récompenser sur une simple note de 10/20 »

Maître fromager-affineur et MOF lui-même, il dénonce le rôle du Comité d’organisation des expositions du travail – Meilleur ouvrier de France (COET-MOF). Cette association fondée en 1961 a reçu du ministère de l’Education nationale une délégation pour l’organisation du concours. Et selon les « 100 MOF en colère », le COET aurait décidé de le « banaliser » en abaissant l’exigence et en augmentant le nombre de lauréats.

« On nous a bien fait comprendre qu’il fallait rentrer dans les clous de l’Education nationale, reprend Christian Janier. Mais l’excellence, on ne peut pas la récompenser sur une simple note de 10/20. Tous les autres diplômes, peut-être. Mais pas le MOF ».

A propos de l'Auteur

-