Publié le: mer, Mar 28th, 2018

Match amical contre la Russie : les Bleus, en partie, rassurés

Tous les esprits sont désormais tournés vers le 15 mai, lorsque Didier Deschamps nommera ses 23 joueurs pour la Coupe du monde, plus quelques réservistes.

«J’ai encore un peu plus de réponses qui vont nourrir ma réflexion. Il faudra choisir, mais il y a encore du temps, les joueurs ont encore beaucoup de matches à jouer d’ici la date de communication de la liste», a dit le sélectionneur, en refusant de préciser ses éléments de réponse.

Il y aura ensuite encore trois matches de préparation fin mai début juin (Eire, Italie et Etats-Unis) avant un retour en Russie pour y affronter l’Australie, le Pérou et le Danemark dans le groupe C (les 16, 21 et 26 juin).

Face à la 63e nation au classement Fifa, la France s’est un peu rassurée, sans avoir matière non plus à plastronner, car elle a aussi connu un frisson, lorsque la Russie a réduit la marque par Smolov (68e).

«La réduction du score a donné un entrain à l’équipe russe, mais pas beaucoup de danger pour autant. On est restés dans notre match, on a su être solides et mettre ce 3e but qui nous permettait de mettre la victoire à l’abri», a jugé Deschamps.

Sur les bords congelés de la Neva, la France a surtout retrouvé hier cette agressivité qui s’était totalement évaporée dans le ciel de Saint-Denis.

Les Bleus étaient loin d’avoir atteint leur zénith vendredi, mais au moins ont-ils cette fois tenu le score, après s’être fait renverser par la Colombie. Ils avaient alors produit une seconde période ectoplasmique ; hier, c’est la première qui fut soporifique.

Signé Pogba-Mbappé

Timorés face au bloc russe, englués dans un faux rythme, ils ne sont parvenus à s’en libérer qu’autour de la pause, et grâce à la paire Pogba-Mbappé.

Mbappé a inscrit un doublé en éliminant à chaque fois le pauvre Neustädter (40e, 84e). Il triplait ainsi son total de buts pour sa 12e sélection, et se montrait prépondérant pour le quatrième match d’affilée en Bleu après trois passes décisives. Aligné en pointe du 4-3-3 choisi par Didier Deschamps, il offre une option supplémentaire au sélectionneur, avec un profil plus à la Benzema, entre courses et participation au jeu, que Giroud.

Avant de sortir debout mais légèrement blessé (85e), le Parisien de 19 ans a ouvert le score sur une passe dosée de Pogba, qui obtenait ensuite un coup franc et le transformait (49e).

«La Pioche» célébrait son but avec un hommage à son père décédé l’année dernière, et retrouvait surtout ses sensations avec un match plein, au cœur d’une séquence personnelle pesante, entre ses difficultés avec Jose Mourinho à Manchester United et son entrée neutre vendredi dernier pour sa 50e sélection.

«DD» avait promis de donner du temps de jeu à tout le monde : il a bouleversé son onze par rapport à vendredi, procédant à sept changements pour ne conserver qu’un joueur par ligne (Lloris, Umtiti, Kanté, Mbappé).

image: https://www.ladepeche.fr/content/media/image/zoom/2018/03/28/2495071-idix-20180328-foot-calendrier-bleus-01.jpg

Martial s’embourbe

Les entrants n’ont pas vraiment bousculé la hiérarchie. Dembélé, malgré quelques éclairs en première période, et Martial, à côté de la plaque, n’ont pas vraiment toqué à la porte des titulaires.

Dembélé, par son profil explosif, est à peu près sûr d’aller au Mondial, en tout cas s’il maintient son regain au FC Barcelone observé depuis quelques semaines, mais pour Martial, collectionneur de mauvais choix et de ratés, la concurrence à gauche (Lemar, Payet, voire Coman s’il revient de blessure) pourrait s’avérer fatale pour lui. Un coup d’arrêt après son bon match en Allemagne en novembre (2-2)…

Au milieu, difficile de dire si Rabiot a marqué des points. Il s’est montré plus à l’aise que lors de ses précédentes sélections, mais pas vraiment transcendant : son match n’a en tout cas pas été de nature à lui réserver sa place en Russie.

Les latéraux Pavard et Hernandez se sont cantonnés à leurs tâches défensives (peut-être parce qu’ils ont un tropisme central en club ?), et Kimpembe a obtenu sa première sélection. Le but est venu de la droite, Smolov étant oublié au second poteau par Pavard.

Qui ira à la Coupe du monde ? Une grosse quinzaine de noms se dégagent. Pour les autres, réponse le 15 mai.


Russie 1 – 3 France

Saint-Pétersbourg (Piter Arena). Toit fermé. MT : 1-0. Arbitre : G. Mazeika (LTU)

Pour la Russie : Smolov (68)

Pour la France : Mbappé (40, 83), Pogba (49)

Russie : Lunev – Koudriachov (Cheryshev 83), Neustädter, Granat – Samedov (Smolnikov 45+1), Golovin, Erokhin (Shvets 76), Zhirkov (Rausch 45+1), Dzagoev (Miranchuk 54) – Miranchuk (Zabolotny 66), Smolov (cap)

Entraîneur : Stanislav Cherchesov

Avertissements : Zabolotny (67), Miranchuk (82)

France : Lloris (cap) – Pavard, Koscielny, Umtiti (Kimpembe 80), Hernández – Pogba, Ngolo Kanté (Tolisso 66), Rabiot (Matuidi 81) – Dembélé (Giroud 72), Kylian Mbappé (Lemar 87), Martial (Griezmann 59)

Entraîneur : Didier Deschamps

Avertissement : Mbappé (52)


Ils ont dit…

Didier DESCHAMPS : «On marque trois buts, on a cette capacité à se créer des occasions et marquer. On a fait moins d’erreurs en 2e période même si on prend un but. On n’a pas tout bien fait mais on leur a donné moins de munitions tout en restant dangereux. On a géré. À cette période, les joueurs ont beaucoup de mal, ils ont des objectifs à atteindre. Il y avait de l’engagement des Russes, peut-être trop parfois. C’était la dernière étape avant mai, la dernière fenêtre. Les joueurs ont été là pendant dix jours, il faut gérer les temps de jeu même si ça nuit au collectif mais rester cohérent. Sur les deux matches, tous les joueurs de champ ont été impliqués».

Kylian Mbappé (plus jeune double buteur français) : «C’est bien, je suis content. Je suis toujours content de battre des records mais je ne cours pas après. Le plus important, c’était de gagner. J’ai évolué avec des joueurs avec lesquels c’est facile de combiner».

 

A propos de l'Auteur

-