Publié le: ven, Fév 2nd, 2018

Bangladesh: Après 24 opérations, cruelle rechute pour Abul, «l’homme-arbre»

Après 24 opérations chirurgicales, le Bangladais Abul Bajandar avait été déclaré guéri des verrues impressionnantes à l’allure d’écorce sur sa peau. Mais la maladie de « l’homme arbre » ne s’est pas laissée faire. Elle a ressurgi, pour son plus grand malheur.

Le cas de ce conducteur de rickshaw qui souffre d’épidermodysplasie verruciforme, une maladie génétique rarissime, avait fait le tour du monde lors de son admission à l’hôpital au Bangladesh en 2016. Si l’année dernière ses soignants criaient victoire et disaient avoir marqué l’histoire de la médecine, les spécialistes reconnaissent désormais que son cas est plus compliqué qu’ils ne l’anticipaient.

« Je ne pense pas que mes pieds et mains se rétabliront un jour »

Âgé de 27 ans, Abul est incapable de travailler depuis des années en raison de sa condition. Avec sa jeune famille, il vit dans une petite chambre de l’hôpital et perd l’espoir d’être jamais guéri. « J’ai peur d’avoir encore des opérations. Je ne pense pas que mes pieds et mains se rétabliront un jour », a-t-il confié dans un hôpital de la capitale Dacca où il est entré en janvier 2016. Cette semaine, Abul a subi sa 25e opération pour enlever quelques-unes des nouvelles verrues sur ses mains. Pour son épouse Halima Khatun et leur fille de quatre ans, la vie est en suspens.

Seules quelque cinq personnes sont touchées par ce syndrome à travers le monde, explique Samanta Lal Sen, la chirugienne plastique en charge d’Abul. L’année dernière, l’établissement avait également recueilli une fille de dix ans affligée de la même maladie, premier cas mondial de « femme-arbre ».

20minutes

A propos de l'Auteur

-