Publié le: jeu, Jan 25th, 2018

Les généticiens chinois ont cloné un macaque grâce à la «méthode Dolly»

Pour la première fois dans l’histoire des biologistes ont réussi à cloner des primates. Bien que ce progrès soit bénéfique pour la médecine, les craintes concernant un éventuel clonage de l’homme ressurgissent.

Des biologistes moléculaires chinois sont parvenus à faire naître deux macaques Zhong Zhong et Hua Hua, en employant la méthode qui a permis la naissance de la brebis Dolly en 1996, informe la revue scientifique Cell.

Dolly est née en 1996 à l’aide du transfert de noyau d’une cellule dans un ovocyte de brebis. Depuis cette époque, les scientifiques ont cloné des souris, des cochons, des vaches et des chiens, sans pour autant arriver à appliquer ce procédé à des primates.En 2003, des chercheurs de l’Université de Pittsburgh ont échoué à faire naitre un animal depuis 719 ovules de primates. Ils en ont conclu que cette méthode n’était pas applicable à cette espèce. Selon la revue New Science, en 2000 des scientifiques ont cloné pour la première fois un singe, mais grâce à une technique différente, réalisée à l’aide de la division d’un embryon. Cette méthode permet de faire naître au maximum quatre animaux identiques.

Cette fois-ci, les biologistes ont employé une technique qui permettrait de créer un nombre infini de clones.

L’embryon, généré par le transfert du noyau d’une cellule somatique dans un ovocyte préalablement débarrassé de son propre noyau, a été ultérieurement implanté dans une femelle porteuse.

Les scientifiques chinois soulignent que les macaques-clones sont en bon état de santé et se développent normalement.
Néanmoins, le Time indique que cette méthode est toujours ineffective, puisque les biologistes n’ont fait naître que deux singes en utilisant 127 œufs. Ils n’ont pas réussi à cloner un animal adulte, comme pour Dolly.

Le directeur de l’Institut de neurophysiologie de Shanghai, Qiang Sun estime que le clonage des primates ouvre de nouvelles possibilités pour la science.

«Désormais, nous pouvons élever des primates avec une constitution génétique identique, sauf pour un tronçon de l’ADN, dont nous avons changé la structure. Cela permettrait de dévoiler le mécanisme de nombreuses maladies génétiques et de trouver de nouvelles méthodes de lutte contre le cancer et les problèmes d’immunité», a-t-il déclaré.

Dans le même temps, ce progrès suscite des craintes concernant un possible clonage de l’homme. Le chercheur de l’Université de Michigan Jose Cibelli a déclaré au Time que c’était techniquement possible mais «criminel» puisque de telles tentatives pourraient mener à de nombreuses grossesses perdues.
La naissance de la brebis Dolly, le 5 juillet 1996 à Edimbourg, au Royaume-Uni, était le premier exemple de clonage d’un animal par transfert de noyau. Dolly est morte le 14 février 2003.

Sputnik

A propos de l'Auteur

-