Publié le: ven, Jan 12th, 2018

Usain Bolt au Figaro : « Je veux devenir footballeur professionnel »

Jeune retraité de l’athlétisme, le champion jamaïcain évoque sa nouvelle vie et son désir ultime de jouer au football au plus haut niveau.

Il est 21 heures passées quand Usain Bolt pénètre ce samedi 6 janvier dans la salle de jeu du PokerStars Caribbean Adventure, un festival majeur de cartes organisé par son nouveau sponsor à l’Atlantis ­Resort, un complexe tout en démesure et kitsch, situé sur Paradise Island, à une heure et demie de vol de Kingston (Jamaïque). Bomber en cuir, casquette à son nom, très détendu, comme à son habitude, le Jamaïquain de 31 ans pose en compagnie de quelques fans avant d’accorder une interview au Figaro.

LE FIGARO. – Vous avez mis fin à votre carrière sur blessure au mois d’août dernier, à l’issue des Mondiaux. Comment s’est passée votre convalescence?

Usain BOLT. – J’ai reçu des soins au tout début, et ensuite le médecin m’a simplement laissé du temps pour guérir. Je n’avais plus à m’entraîner, donc j’ai patienté, et maintenant je suis tout à fait rétabli. Après la course, j’étais forcément très déçu. Je suis un champion, j’essaie toujours de gagner, et c’est ce qui a fait ma réputation. Mais je ne peux pas me lamenter à cause de ça après tout ce que j’ai accompli dans ma carrière. La seule chose qui m’a vraiment ennuyé, c’est cette blessure, pas d’avoir perdu.

Le fait que l’Américain Justin Gatlin se soit agenouillé pour vous rendre hommage, après sa victoire sur le 100 mètres, vous a-t-il touché?

J’ai pris son geste pour une grande marque de respect. Nous nous sommes affrontés pendant cinq ans, et il a enfin fini par gagner… Mais il m’a tout de même témoigné son respect, car il sait tout ce que j’ai apporté à notre sport. C’est un signe qui ne trompe pas.

Que va-t-il le plus vous manquer maintenant que vous avez pris votre retraite?

La compétition, tout simplement. L’énergie de la foule, celle des fans.

J’ai décidé de me remettre sérieusement au boulot, car j’ai perdu de la masse musculaire. Retourner à la salle de sports fait partie de mes résolutions pour 2018.

Usain Bolt

Pendant près d’une décennie, vous avez fait la promotion de votre sport grâce à vos incroyables performances et à votre attitude. Ne pensez-vous pas que les spectateurs vont se désintéresser de l’athlétisme, maintenant que vous n’êtes plus là?

J’espère que non, même si ça va être dur de continuer à attirer des fans. J’ai toujours dit à Sebastian Coe (le président de la fédération internationale, NDLR) que je ferais tout ce qui est en mon pouvoir pour aider l’athlétisme, qui m’a apporté tant de joie et de succès. À partir du moment où tu fais partie de ce sport, tu as pour responsabilité de le faire grandir, qui que tu sois. Sourire, s’amuser, montrer aux gens ma personnalité, c’est aussi ce qui m’a rendu si bon personnellement et pour mon sport.

En quoi votre retraite a-t-elle changé votre vie, pour le moment?

Je ne m’entraîne plus ! Je suis à la retraite, je n’ai plus besoin de ça. Mais, cette année, j’ai décidé de me remettre sérieusement au boulot, car j’ai perdu de la masse musculaire. Retourner à la salle de sports fait partie de mes résolutions pour 2018.

Comment occupez-vous vos journées, maintenant?

Si je n’ai pas d’obligations liées à mes sponsors, je reste tranquille chez moi, je joue aux dominos avec mes amis ou je fais du bateau. Je peux faire tout ce que je veux, maintenant !

Je suis vraiment impatient et j’espère m’entraîner avec l’équipe première, car je veux me jauger.

Usain Bolt

Qu’est-ce qui vous plaît dans votre nouvelle vie?

Ne pas avoir à me lever tôt le matin. Cela me permet de regarder des matchs de football le soir.

Cette année, vous avez signé plusieurs nouveaux contrats de sponsoring. Aviez-vous en tête depuis longtemps d’occuper votre après-carrière avec ce rôle d’ambassadeur de marques?

Je considère que je dois toujours bâtir ma propre marque. Tout au long de ma carrière, j’ai fait en sorte de donner une bonne image et de m’associer à de grandes entreprises. On en parlait depuis longtemps avec mon équipe. Je savais que, quand j’allais prendre ma retraite, j’allais devoir voyager encore plus, travailler davantage pour des sponsors, parce que ça allait être plus dur de me faire voir, étant donné que je ne courrais plus. J’étais prévenu, et j’apprends ce métier, maintenant.

Le fait que Cristiano Ronaldo ou Neymar sont également ses ambassadeurs a-t-il joué un rôle dans votre décision de rejoindre l’opérateur de jeux en ligne PokerStars?

Jusqu’à aujourd’hui, je m’étais contenté de représenter des marques classiques. Alors, récemment, j’ai dit à mes agents qu’il était temps de sortir des sentiers battus. Si PokerStars était venu me voir plus tôt, j’aurais sans doute refusé, mais les choses ont changé. Je suis à la retraite, c’est une marque présente dans le monde entier. C’est bon pour mon image et je suis bon pour la leur.

À part représenter des marques et travailler votre image, envisagez-vous une autre reconversion?

Un des objectifs que je me suis fixés, c’est de devenir joueur de football. Je vais faire un essai d’une semaine avec le Borussia Dortmund au mois de mars (les Allemands sont sponsorisés par Puma, l’équipementier d’Usain Bolt, NDLR). Je suis vraiment impatient et j’espère m’entraîner avec l’équipe première, car je veux me jauger. Si je fais bonne figure, je persisterai dans cette direction. Sinon, je focaliserai mes efforts sur mon travail avec les sponsors ou sur autre chose. Cet essai me permettra d’être fixé.

Je suis tombé amoureux de Manchester United par hasard, à cause d’un joueur qui avait inscrit un superbe but : Ruud Van Nistelrooy.

Usain Bolt

Pensez-vous avoir les qualités nécessaires pour jouer à un niveau professionnel?

Je suis un athlète qui ne s’est jamais fixé de limites. Je pratique très souvent le football, et un de mes amis, Bibi Gardner, jouait en Premier League (Bolton Wanderers de 1998 à 2012) et coache un club avec lequel il m’est arrivé de m’entraîner. J’ai beaucoup travaillé pour intégrer les fondamentaux du football. J’ai vraiment envie de jouer, et je suis persuadé que je peux le faire.

D’où vient cette passion pour le football?

Dès l’enfance, j’ai débuté comme gardien de but, et puis, au fur et à mesure que j’ai gagné en vitesse, j’ai avancé sur le terrain pour finir avant-centre. Mon poste de prédilection aujourd’hui, ce serait ailier gauche. Je suis tombé amoureux de Manchester United par hasard, à cause d’un joueur qui avait inscrit un superbe but : Ruud Van Nistelrooy.

Au mois de décembre, une statue à votre effigie a été érigée dans l’enceinte du stade national de Kingston. Que ressentez-vous?

Quand, plus jeune, je marchais dans le stade et que je voyais Herb McKenley ou Merlene Ottey, ces personnalités qui comptent parmi les plus grands du pays et qui ont fait tant pour les athlètes en Jamaïque, je n’avais pas la moindre idée que ma carrière pourrait atteindre un jour un tel point. Je ne me suis jamais dit que je méritais d’avoir une statue, mais mon pays a estimé que j’avais prouvé assez, que je l’avais aidé à s’élever et a choisi de me témoigner son amour. C’est un sentiment incroyable…

Figaro

A propos de l'Auteur

-