Publié le: mer, Déc 6th, 2017

A 50 ans et plus, ils bossent dans des start-up

9 mois ! Marc Rajoun aura au final bossé 9 mois pour cette start up. Son job ? Identifier des locaux, faire des travaux, les aménager…bref les rendre fin prêts pour l’ouverture des Anticafé. « J’ai découvert l’univers des start up, et notamment le concept de coworking durant les études de ma fille. Après 20 ans chez Accor en France et à l’étranger, j’avais décidé de me poser et ai donc négocié une rupture conventionnelle. Au bout de 3 mois de chômage, j’avais l’impression de perdre mon temps. J’ai donc répondu à une offre d’emploi de l’Anticafé », raconte ce quinqua. Banco, le fondateur lui accorde sa confiance. « Au départ, les jeunes collègues me regardaient de loin, ils mesuraient leurs propos car ils se disaient qu’avec mon expérience, j’avais le savoir. Ce qui n’est évidemment pas le cas sur tous les sujets », explique-t-il. Marc Rajoun rompt petit à petit la glace grâce à son humour. Mais ne trouve jamais vraiment sa place. « Dans une start up, chacun a beaucoup de latitude mais au final il faut quand même trancher. Ce qui n’a pas toujours été évident. Ils veulent aller vite sans mettre nécessairement les ressources adéquates », illustre-t-il. En manque de process et de repères et pas vraiment adepte du « test & learn » (essayer et apprendre), Marc Rajoun préfère rejoindre un environnement qu’il maîtrise mieux. Mais ne regrette pas ce détour en start-up.

A propos de l'Auteur

-