Publié le: mar, Nov 14th, 2017

Nucléaire : EDF prépare la fermeture de Fessenheim

La fermeture de la centrale nucléaire reste conditionnée à la mise en service de l’EPR de Flamanville, mais celle-ci pourrait intervenir entre fin 2018 et l’été 2019.

La plus ancienne centrale nucléaire française encore en activité, Fessenheim (Haut-Rhin), âgée de 40 ans, a reçu vendredi la visite de Philippe Sasseigne, directeur du parc nucléaire d’EDF. L’occasion de préciser le calendrier. Si la fermeture de Fessenheim reste conditionnée à la mise en service de l’EPR de Flamanville (Manche), celle-ci pourrait intervenir entre fin 2018 et l’été 2019. Surtout, il a été évoqué la mutation de 250 à 300 salariés fin 2018-début 2019.

La CGT continue de militer

« Il n’y a pas vraiment de surprise, décrypte Thierry Raymond de la CGT. Depuis 2011, on sait que Fessenheim va fermer. D’année en année, l’épée de Damoclès s’approche. On sait qu’à la fin, il ne restera plus que 50 à 80 agents pour le démontage. »

Pourtant, la CGT continue de militer pour que la centrale reste en activité le plus longtemps possible. « D’abord parce qu’on en a besoin mais aussi parce qu’il n’y a pas de projet de réindustrialisation du site », regrette le syndicaliste.

Lundi, la CGT a présenté ses propositions : une centrale au gaz grâce au gazoduc qui passe juste à côté, la construction d’une autre centrale nucléaire ou encore un centre R & D. Actuellement, Fessenheim emploie 800 agents EDF et 530 prestataires.

A propos de l'Auteur

-