Publié le: mar, Nov 14th, 2017

Finance : 2 500 emplois seraient déjà promis à l’Île-de-France grâce au Brexit

Selon Valérie Pécresse, cette estimation concernerait uniquement les grandes entreprises. En ajoutant les petites sociétés, le nombre d’emplois gagnés pourrait être proche de 3 500 à 4 000.

L’annonce est intervenue en marge d’une visite à Londres afin de présenter les atouts de la région Ile-de-France à des représentants de soixante-dix sociétés internationales. Valérie Pécresse assure ce mardi que 2 500 emplois financiers sont déjà promis à l’Ile-de-France grâce aux transferts d’activité à venir dus au Brexit.

 

« Brexit : 2 500 emplois annoncés en Ile-de-France, objectif 10 000 emplois directs d’ici 2019, s’est réjouie la présidente de région dans un tweet. Nous voulons construire la finance de demain à Paris .»

Cette estimation concerne les grandes entreprises du secteur financier mais, en ajoutant les petites sociétés, le nombre d’emplois gagnés pourrait être proche de 3 500 à 4 000, précise Arnaud de Bresson, délégué général de la place financière Paris Europlace.

Face aux incertitudes du Brexit prévu le 29 mars 2019, de nombreuses entreprises, notamment du secteur financier, envisagent de déplacer des emplois du Royaume-Uni et particulièrement de Londres. Elles pourraient bouger vers une ou plusieurs autres grandes villes européennes afin de pouvoir continuer leurs affaires sans entrave sur le continent, quel que soit le résultat des difficiles négociations sur le Brexit entre Londres et Bruxelles.

Une « dynamique » en faveur de Paris

« Les décisions pourraient bien s’accélérer dans un contexte où beaucoup de ces entreprises considèrent que l’hypothèse d’un hard Brexit est élevée », affirme Arnaud de Bresson. Les centres financiers du continent européen se livrent à une concurrence acharnée pour attirer à elles les emplois concernés et le représentant d’Europlace assure que « la dynamique a repris en faveur de Paris ».

La capitale française se contentait jusqu’à cet été d’une promesse de renforcement de la présence de la britannique HSBC, mais a engrangé depuis la rentrée quelques engagements de banques qui prévoient d’y amener quelques activités, comme Bank Of America, JPMorgan, Citigroup ou Morgan Stanley.

Le « Mainhattan » prisé

Bank Of America et JPMorgan ont néanmoins choisi Dublin comme destination privilégiée et c’est Francfort qui fait la course en tête sur le plan européen. Plusieurs grandes banques internationales ont déjà fait part de leur intérêt pour « Mainhattan », surnom donné au quartier financier francfortois en clin d’œil à la rivière Main qui traverse la ville : parmi elles figurent les Américaines Morgan Stanley et Citigroup, les Japonaises Sumitomo Mitsui Financial Group, Daiwa Securities et Nomura, ou encore la Britannique Standard Chartered.

A propos de l'Auteur

-