Publié le: mar, Nov 14th, 2017

Un faux gyrophare et de faux policiers à Albret

Dans la soirée du vendredi 10 novembre, peu de temps avant le drame mortel de Buzet-sur- Baïse, trois Périgourdines qui circulaient ensemble dans un camping-car ont fait face à une situation inhabituelle. Un automobiliste a plusieurs fois essayé de se mettre en travers de la route de leur véhicule et son passager faisait signe à la conductrice de s’arrêter. Personne n’a été dupe et des signes ne trompaient pas, comme la tenue des prétendus policiers, en tee-shirt. La conductrice n’a pas obtempéré et a choisi de poursuivre sa route jusqu’à Houeillès, où elle a signalé les faits à la gendarmerie. Un peu plus tard dans la soirée, même manège. Cette fois, les victimes de cette plaisanterie, un couple de trentenaires, se sont arrêtées. L’individu faisait alors usage d’un faux gyrophare pour stopper le véhicule et les gendarmes ont pu interpeller, en flagrant délit, l’automobiliste, un jeune Villeneuvois qui se trouvait en état d’ébriété. Les trois Périgourdines ont déposé plainte ce dimanche 12 novembre. Le malfrat et son passager ont été convoqués pour une prochaine audience du tribunal correctionnel, pour mise en danger de la vie d’autrui. Le duo n’a toutefois présenté aucune pièce d’identité mentionnant leur fonction dans les forces de l’ordre.

Et aussi…

Agen >Encore des sangliers dans un jardin. Une Agenaise étant sortie dans son jardin au lever du jour, hier matin, a vu des sangliers «foncer» sur elle. Plus de peur que de mal, mais les faits rappellent ceux survenus il y a une dizaine de jours, sur les hauteurs du vallon de Vérone. Cette fois les sangliers étaient en bas de l’avenue de Vérone, à 500 m de la route de Bordeaux (juste après l’école de danse). «J’habite ici depuis trente-deux ans a déclaré son époux. Là, le terrain est labouré par les animaux, et un jour quelqu’un va être blessé. Que font la municipalité et la préfecture ? Il faut une battue !»

Agen >Feu de chambre. Un incendie s’est déclaré dans l’une des chambres d’un appartement de l’avenue Henri-Barbusse, au 111, au 1er étage. L’intervention des pompiers a permis de limiter les dégâts, les flammes n’ont endommagé que la chambre en question. Aucun blessé à déplorer, le locataire était absent au moment du sinistre en début d’après-midi.

Agen-Gers >Décision le 21. Mis en examen pour diffamation pour des propos tenus contre l’institut Moussaron (Gers), dont elle a été licenciée en 2013, Céline Boussié attend son jugement le 21 novembre à Toulouse. Son comité de soutien appelle à un rassemblement dans la Ville Rose.

 

A propos de l'Auteur

-