Publié le: jeu, Oct 12th, 2017

Jean-Luc Mélenchon dément avoir traité Manuel Valls de «nazi»

L’ancien Premier ministre a également affirmé ne pas avoir entendu ce terme être prononcé par le leadeur de la France insoumise.

Non, Jean-Luc Mélenchon n’a pas traité Manuel Valls de «nazi». C’est en tout cas ce qu’a affirmé le leadeur de la France insoumise jeudi sur le réseau social Twitter. Il répondait à un article du Canard enchaîné paru la veille.

 

«Je n’ai dit ni ne pense que Valls soit nazi. Il est en perdition politique», a écrit le député des Bouches-du-Rhône. Selon l’hebdomadaire, Jean-Luc Mélenchon aurait qualifié, le 3 octobre, à l’Assemblée nationale, l’ancien Premier ministre de «nazi».

 

«Je ne l’ai pas entendu, mais il l’a dit, selon différents témoins. Mais devant moi en revanche, il a proféré de nombreuses insultes, a raconté Manuel Valls jeudi matin au micro d’Europe 1. Ce n’est pas un coup de colère de sa part […] C’est une manière pour lui de disqualifier.»

 

Le député socialiste David Habib a expliqué à RMC que Mélenchon avait «utilisé le terme de nazi», mais a donné une version différente au Huffington Post. «Sur le mot nazi, je ne sais plus s’il l’a répété ou si c’est Manuel qui m’a glissé à l’oreille avoir été traité de nazi», a lâché le parlementaire.

 

«Qui pourrait trouver normal que Manuel Valls se fasse traiter de « nazi », qu’on soit dans le même groupe parlementaire ou pas ? C’est inacceptable, a souligné le porte-parole de la République en marche, Stanislas Guerini, sur Radio Classique. Je pense qu’il faut que le déontologue de l’Assemblée nationale soit saisi.»

«Je ne suis pas déontologue à la place du déontologue, mais je pense personnellement qu’il peut effectivement y avoir des sanctions», a ajouté le député de Paris. Jean-Luc Mélenchon a démissionné de la mission parlementaire sur la Nouvelle-Calédonie au motif qu’elle est présidée par l’ancien Premier ministre à qui il reproche une «proximité avec les thèses ethnicistes de l’extrême droite». Manuel Valls a lui récemment accusé les députés de La France insoumise de tenir un «discours islamo-gauchiste».

 

A propos de l'Auteur

-