Publié le: mer, Oct 11th, 2017

Selon le «Canard Enchaîné», Raquel Garrido aurait omis de déclarer ses revenus à l’Urssaf

D’après l’hebdomadaire, elle n’a pas transmis la déclaration de ses revenus de 2016. L’intéressée dément.

Raquel Garrido, porte-parole de la France Insoumise et chroniqueuse sur C8, est à nouveau dans le viseur du «Canard Enchaîné». Dans son numéro à paraître mercredi, l’hebdomadaire affirme que l’avocate «n’a pas déclaré un sou de revenu à l’Ursaff en 2016». Elle a ainsi été l’objet d’une «contrainte» de 6113 euros à régler à l’organisme en mars 2016. Les avocats libéraux cotisent au RSI pour la protection maladie et à la caisse nationale des barreaux français (CNBF) pour leur retraite.

Malgré cet avertissement, Raquel Garrido aurait à nouveau oublié ses devoirs. Le 28 septembre, l’administration lui a rappelé ses obligations dans un courrier. «Nous ne sommes pas en possession de votre déclaration de revenus professionnels et de vos cotisations personnelles et obligatoires», affirme la lettre, citée par le Canard. Conséquence : l’avocate est désormais soumise à une «taxation d’office».

Contactée par l’hebdo, Raquel Garrido assure que «ces documents sont caducs ou erronés». Elle ajoute, à l’AFP, que «contrairement à ce qu’imagine le Canard, ce n’est pas parce que je me suis mise en règle il y a dix jours : je suis à jour de mes obligations déclaratives de 2015 depuis des mois». Elle dit être «à jour» de ses «obligations déclaratives sur les revenus de 2016» et «de tous (ses) paiements Urssaf»

Un «pan sur le bec» plein d’ironie

Dans le même article, l’hebdomadaire satirique revient sur l’affaire des cotisations non réglées à la Caisse des retraite des avocats (CNBF), révélée dans son édition du 4 octobre. Le CNBF avait affirmé dans un communiqué que cette information était «inexacte». Mis en cause, le Canard reconnaît, avec certaine ironie, une «inexactitude» sur l’intitulé des impayés. Il ne s’agissait pas de 32 215 euros de «cotisations sociales» mais de «cotisations et contribution aux droits de plaidoirie» dues à la caisse de retraite par la militante Insoumise. Un fac-similé du document l’atteste.

 

«Le Canard insiste alors que la CNBF a fait un démenti», déclare Raquel Garrido à l’AFP. «Il était totalement faux de dire que je n’avais jamais payé de cotisations ou de droits de plaidoiries depuis six ans, c’est-à-dire depuis ma prestation de serment». L’hebdomadaire «n’avance aucun document prouvant leurs dires sur ce point», estime-t-elle, assurant que «le document produit ne correspond pas à la réalité».

Toujours en HLM

Depuis plusieurs semaines, la chroniqueuse de l’émission «Les Terriens du dimanche» sur C8 est au coeur de multiples polémiques. Raquel Garrido dénonce même une forme d’«acharnement». Ce mardi, le site Buzzfeed publie un nouvel article embarrassant pour le couple formé par Raquel Garrido et le député Alexis Corbière (France insoumise).

Elu en juin, Alexis Corbière avait promis qu’il quitterait l’appartement HLM qu’il occupe depuis 2003 avec sa compagne et trois de leurs trois enfants. D’après Buzzfeed, plus de trois mois après son élection, le couple vit toujours dans ce logement de 80m2 situé dans le XIIe arrondissement de Paris, contre un loyer de 1200 euros environ. Il n’y a rien d’illégal à cela, si ce n’est que la Régie immobilière de la Ville de Paris (RIVP) demande, depuis 2009, aux élus et ministres de ne plus occuper des logements initialement voués à des ménages modestes.
Buzzfeed affirme que les courriers adressés au couple sont restés lettre morte. Au point que la RIVP a dû faire appel à un huissier. Du jamais vu. Alexis Corbière se défend : «Cette lettre n’appellait aucune réponse et il faudrait peut-être que je trouve un logement d’abord. (…) Je suis en train de chercher un logement, mais avec une famille de trois enfants, ça ne se fait pas en claquant des doigts.» De la parole aux actes, il y a un temps que ce couple médiatique n’a sans doute pas vu tourner.

 

A propos de l'Auteur

-