Publié le: ven, Sep 8th, 2017

Selon la justice européenne, le lait de soja n’est pas du lait

Ce n’est pas une nouveauté : les « laits » végétaux (comme celui de soja) ne sont pas des « laits » mais des jus. Pourtant, le mot « lait » est souvent utilisé pour désigner ces produits, ce qui  induit en erreur les consommateurs. C’est pourquoi la justice européenne vient de trancher en rappelant que les dénominations « lait » et « produits laitiers » doivent être réservées exclusivement aux produits d’origine animale.

A l’origine de cette décision, direction l’autre côté du Rhin. En Allemagne en effet, un tribunal a saisi la Cour de Justice de l’Union européenne (CJUE) pour un litige opposant la société TofuTown, qui fabrique et distribue des aliments végétariens et végétaliens sous les dénominations « beurre de tofu », « fromage végétal »… et une association berlinoise qui lutte contre la concurrence déloyale, le Verband Sozialer Wettbewerb. Selon cette dernière, « cette promotion enfreint la réglementation de l’Union sur les dénominations pour le lait et les produits laitiers ».

TofuTown, de son côté estimait que sa publicité « n’est pas contraire à la réglementation en question. » Selon elle, « la façon dont le consommateur comprend ces termes se serait considérablement modifiée ces dernières années ». De plus, elle n’utiliserait pas les dénominations telles que « beurre » ou « cream » de façon isolée, mais toujours en association avec des appellations renvoyant à l’origine végétale des produits, comme par exemple « beurre de tofu ».

Eviter toute confusion

Et la justice européenne a donné raison au plaignant. Elle a rappelé que depuis près de 30 ans, la réglementation encadre rigoureusement la dénomination « lait » et la réserve exclusivement au lait d’origine animale.Cela vaut également pour les dérivés du lait, « crème, chantilly, beurre, fromage et yaourt ». Le but de cette décision est d’éviter toute confusion dans l’esprit du consommateur qui pourrait être tenté de retrouver les mêmes vertus d’un aliment à un autre.

Il existe pourtant quelques exceptions… auxquelles le tofu et le soja n’appartiennent pas. Ainsi, selon la Cour européenne, certaines spécialités qui ne risquent pas d’induire le grand public en erreur peuvent conserver leur appellation comme par exemple la crème de riz, les liqueurs de fruits (crèmes de cassis, framboise …), la crème de marron, le beurre de cacahuètes…

A propos de l'Auteur

-