Publié le: mar, Août 29th, 2017

Obama, avions engloutis, requins : attention aux histoires fausses sur la tempête Harvey

Alors que la tempête Harvey, qui a fait au moins trois morts, continue de sévir au Texas et en Louisiane, les intox se multiplient sur les réseaux sociaux. Depuis samedi, des clichés censés illustrer les conséquences de la catastrophe qui s’est abattue sur la ville de Houston et ses alentours piègent de nombreux internautes. En voici quelques-uns, pour ne pas vous faire avoir.

1. Non, Barack Obama n’a pas servi de repas aux sinistrés

Des internautes américains ont relayé des photos qui montreraient l’ex-président des Etats-Unis venant en aide aux plus démunis frappés par le passage de la tempête Harvey. Ce post Facebook comparant à l’inaction de Donald Trump la prétendue réactivité de Barack Obama à la catastrophe a ainsi été partagé plus de 300 000 fois en moins d’une journée :

Cette version des faits est pourtant complètement erronée : les images qui circulent sur les réseaux sociaux sont bien réelles, mais elles ont été prises dans un tout autre contexte. La première montre en réalité Barack Obama en train de cuisiner des burritos pour les plus démunis en janvier 2014, à l’occasion du jour de Martin Luther King. La seconde a été prise lors sa visite consécutive à des inondations en Louisiane, en août 2016.

2. La prétendue photo de « l’aéroport de Houston inondé »

La photo n’a en réalité rien à voir avec la tempête Harvey. Elle ne montre pas l’aéroport de Houston, mais celui de LaGuardia, à New York. Et encore : il ne s’agit pas d’une prise de vue réalisée à l’occasion d’inondations, mais d’une simulation de ce qui pourrait advenir en cas de forte montée des eaux…

3. L’intox du requin qui nage à côté des voitures

Autre histoire fallacieuse, reprise là aussi des milliers de fois sur les réseaux sociaux : un requin qui aurait été aperçu dans l’eau, juste à côté des voitures.

Il s’agit en réalité d’un canular lancé par un blogueur irlandais sur Twitter, repris des dizaines de milliers de fois, jusqu’à être pris au sérieux par certains. Ce photomontage circule depuis au moins 2011.

A propos de l'Auteur

-