Publié le: jeu, Août 10th, 2017

L’ancien maire Patrice Cathala tabassé sur son tracteur

C’est une drôle d’aventure qui est arrivée à l’ancien maire de Bouriège, Patrice Cathala. Un chapitre dont le président de la confrérie des Capitouls se serait bien passé.

Viticulteur de profession, l’ancien élu avait décidé de travailler ses vignes situées sur plusieurs lieux d’exploitation. Pour ce faire, il entame son périple avec le plus gros de ses tracteurs, d’environ 2 mètres de large, attelé d’un broyeur de même dimension. Lorsqu’il quitte sa propriété de Bouriège pour aller vers celle de Tourreilles, tout va bien. La journée est plutôt belle, les raisins prometteurs et le vigneron pense déjà à sa prochaine récolte.

Des coups de klaxon

Au volant de son engin extrêmement bruyant, Patrice Cathala sifflote. Les petites routes dans le coin sont étroites et il fait attention à ne pas mordre sur les bas-côtés au risque d’un accident. C’est alors qu’au pont de la Bouichonne il entend des coups de klaxon persistants. Derrière ses vitres pleines de poussière, il ne voit pas bien dans son rétroviseur qui le suit. Il se retourne et aperçoit un 4X4 gris et un 4×4 bleu qui le suivent. N’ayant pas la place pour se garer, il attend d’être quelques mètres plus loin pour faire de la place aux véhicules et les laisser passer. Mais les deux occupants des 4X4 ne le dépassent pas. Les occupants des véhicules, un père et son fils, s’arrêtent à sa hauteur, descendent et l’insultent copieusement. Le ton monte. Le fils, passablement énervé, monte dans la cabine du tracteur, l’empoigne par le tee-shirt, le projette plusieurs fois dans l’habitacle, le reprend comme un punching-ball, lui enfonçant l’accoudoir dans la colonne vertébrale et lui assénant deux coups de poing magistraux. «Là tu fais moins le malin, et si tu vas te plaindre à la gendarmerie, tu auras de nos nouvelles. Maintenant tu vas arrêter de nous faire ch… Depuis le temps que tu nous emm…», aurait menacé l’individu.

Des menaces

Patrice Cathala, traumatisé, aujourd’hui en incapacité de travail suite à cette altercation violente, dit connaître les véritables griefs qui lui sont reprochés. «Ce n’est pas parce qu’ils ont attendu derrière le tracteur qu’ils m’ont tabassé. Ici, quand on est vigneron, on en connaît les difficultés. La vérité c’est que je suis menacé depuis que j’ai signé en tant que maire l’implantation des éoliennes à Bouriège. Depuis, je reçois des lettres pas très aimables, des appels téléphoniques hostiles et, aujourd’hui, je me fais tabasser dans la cabine de mon tracteur. Mais cela ne change rien. Je dors sur mes deux oreilles. Je le dis haut et fort, je soutiens le projet des éoliennes de Bouriège et Tourreilles et je ne souhaite qu’une chose, qu’elles soient installées le plus rapidement possible. À bon entendeur, salut» !

La victime a déposé plainte à la gendarmerie.

A propos de l'Auteur

-