Publié le: mer, Mai 17th, 2017

Dylann Roof face à ses parents : « Je veux rendre tout ça encore pire »


Les autorités américaines ont dévoilé mardi à certains journalistes des vidéos de Dylann Roof parlant à ses proches avant qu’il soit condamné à mort pour les meurtres de neuf personnes noires dans une église de Caroline du Sud.

Les autorités américaines ont dévoilé mardi à certains journalistes des vidéos de Dylann Roof parlant à ses proches avant qu’il soit condamné à mort pour les meurtres de neuf personnes noires dans une église de Caroline du Sud.

Tout au long de son procès, Dylann Roof a affirmé qu’il ne souffrait d’aucun trouble psychologique. Il a rappelé, interrogé à la barre, qu’il avait tué neuf personnes noires en juillet 2015 dans une église de Charleston en Caroline du Sud, de sang-froid, poussé par la haine mais certainement pas par une maladie mentale. Pourtant, des vidéos dévoilées par les autorités mardi laissent planer le doute sur sa condition mentale. Filmé avant qu’il soit condamné à mort, il est vu en train de recevoir une visite de ses parents. Jamais il ne montre ni remord ni compassion pour ses victimes ou leurs familles. Il jure même qu’il va encore empirer les choses.

«Qu’est-ce qui ne va pas chez toi mon fils ? J’espère que tu plaisantes. Ne fais rien de stupide. Tu en as déjà tellement fait !», lui répond son père avant de partir en larmes, le laissant face à sa mère. A celle-ci, il explique qu’il refuse de se faire représenter par son équipe d’avocats qui fait pourtant tout selon elle pour «lui sauver la vie». «Ils sont diaboliques, ils sont la bouche de l’enfer et des menteurs», lance le meurtrier, fermement opposé à leur tactique de défense le présentant comme troublé mentalement. La conversation se poursuit et Dylann Roof confie à sa mère qu’il souhaite malgré tout garder ses avocats à ses côtés alors qu’il se défendra tout seul, pour pouvoir «abuser d’eux». «Tu sais ce que c’est ?», lui demande-t-elle. «Amusant ?», répond-il. «Pathétique», lance alors sa mère. «Ces gens représentent des criminels et ils mentent pour eux», continue encore le tueur avant que sa mère ne le coupe : «Eh bien devine quoi Dylann ? Tu aurais pu être un avocat. Tu aurais pu être n’importe quoi…» «Je suis un avocat ! Je suis avocat dans une affaire sur une peine capitale!» «C’est ton premier et ton dernier cas», assure la mère laconiquement.
Selon le «Post and Courier», Dylann Roof ne montre pas d’émotion face à ses parents que lorsqu’il évoque sa santé. Il leur assure en pleurs qu’il est atteint de la syphilis depuis sa naissance et qu’il ne peut plus lire de livres parce que son cerveau est en train de se détériorer. Les examens médicaux réalisés ont confirmé qu’il n’était toutefois pas malade. Même face à sa petite soeur qui lui dit qu’elle l’aime, il ne répond que par un froid: «Ok».

Il pensait être sauvé par les nationalistes blancs, « une fois arrivés au pouvoir »

Ces vidéos ont dans un premier temps été présentées par ses avocats comme une preuve que Dylann Roof est bel et bien atteint de troubles mentaux et qu’il n’était par conséquent pas apte à être jugé. Mais là encore, le jeune garçon de 23 ans s’est opposé à ses défenseurs, affirmant qu’il se savait filmé et qu’il n’était donc pas complètement libre de dire ce qu’il voulait à ses parents. «Je ne leur ai pas parlé de mes crimes alors que c’est plutôt sérieux vous savez. Et je n’ai pas été en mesure de leur expliquer alors que je suis sûr qu’ils ont plein de questions. Mais je veux dire que mes avocats essaient de faire passer mon attitude sur ces vidéos comme mon attitude au quotidien alors que ce n’est pas le cas. Je savais que j’étais observé», a-t-il déclaré au juge Richard Gergel.

Pourtant, Dylann Roof a été examiné par des experts psychiatres à l’époque. Dans un rapport datant de novembre, il est question de sa santé mentale puisqu’un médecin lui a diagnostiqué une forme d’autisme mais également d’autres symptômes comme l’anxiété, la dépression, des troubles de la pensée. Il a également été diagnostiqué psychotique et comme souffrant de troubles compulsifs et obsessionnels. A un psychologue de son équipe d’avocats, il a d’ailleurs affirmé qu’il ne serait jamais condamné à mort parce que les nationalistes blancs viendraient à son secours une fois arrivés au pouvoir. Mais il lui a également indiqué qu’il n’était pas du tout autiste, parce que «l’autisme, c’est pour les nuls», se qualifiant plutôt de «sociopathe». Il avait écrit avant la tuerie dans un journal intime être «moralement opposé à la psychologie», une invention des Juifs selon lui.

En juin 2015, Dylann Roof avait pénétré dans l’église noire de Charleston alors que les paroissiens participaient à une lecture de prières. Il avait ouvert le feu et tué neuf personnes, affirmant n’avoir «pas le choix». Lors de ses aveux face au FBI, Dylann Roof avait expliqué avoir choisi l’Emanuel African Methodist Episcopal Church de Charleston parce qu’elle était l’église noire la plus ancienne de Caroline du Sud. «Je n’ai pas versé une larme pour les innocents que j’ai tués», avait-il écrit en prison. Au FBI, juste après la fusillade, il avait expliqué avoir pensé à se suicider mais avoir changé d’avis ne voyant pas la police arriver. A un agent qui lui demandait en outre s’il souhaitait à ce moment-là tuer d’autres noirs, il avait répondu : «Oh non. J’étais épuisé».

 

 

A propos de l'Auteur

-