Publié le: mar, Jan 31st, 2017

Présidentielle : Cazeneuve sermonne Hamon

Présidentielle. Le chef du gouvernement a clairement conseillé lundi au vainqueur de la primaire d’arrêter de fustiger le bilan du quinquennat et d’infléchir son discours.

Plutôt habitué aux discours ciselés, Bernard Cazeneuve a été très carré lundi à l’issue de sa rencontre avec le candidat Benoît Hamon, quelques heures après sa désignation. « Il ne pourra réussir, a déclaré le Premier ministre, sans assumer le bilan du quinquennat de François Hollande dont nous avons toutes les raisons d’être fiers des progrès qu’il aura grandement contribué à rendre possibles. ». Pas exactement le genre d’encouragement souhaité par le vainqueur de la primaire… « Je l’ai dit en toute franchise, clairement, nettement à Benoît Hamon », a ajouté le chef du gouvernement et de la majorité. Fait inhabituel pour ce genre d’événement, Cazeneuve ne s’est pas contenté de raccompagner son hôte sur le perron en lui serrant la main : la presse avait été avertie dès la veille au soir, que le Premier ministre ferait une déclaration à l’issue du déjeuner.

L’exécutif était resté remarquablement discret sur la primaire depuis le début du mois, Cazeneuve se limitant à un seul signe de soutien en faveur de Manuel Valls tandis que François Hollande s’était appliqué à ignorer superbement la compétition entre ses camarades, préférant même assister dimanche à la finale de handball. « Un très beau match », commente-t-on pince-sans-rire à l’Elysée.

A l’Elysée jeudi

Mais maintenant que le résultat des courses est connu, Hollande et Cazeneuve commencent à se rappeler au bon souvenir du désormais candidat désigné. Dans sa liste des commissions, le candidat du PS pour la présidentielle ne doit donc pas oublier de dire le contraire de ce qu’il a dit durant ces derniers mois sur le bilan du quinquennat. Bon courage !

Cazeneuve, qui avait aussi reçu le matin le premier secrétaire du PS Jean-Christophe Cambadélis, ne parlait bien sûr pas en l’air, ni sans l’aval total du président de la République avec lequel il venait justement de déjeuner comme tous les lundis à l’Elysée. « La balle est dans le camp de Benoît Hamon », relève-t-on froidement dans l’entourage de Hollande, où l’on attend de l’ex-frondeur « un état d’esprit positif et constructif ». En privé, un visiteur du soir est plus brutal : « Hollande est très inquiet de la situation, il a tracé une ligne jaune à Hamon et le discours de Cazeneuve est un sec rappel à l’ordre. » Tout en se voyant reconnaître une incontestable légitimité à la suite de sa victoire, Benoît Hamon est donc officiellement prévenu. Hollande le lui redira de vive voix jeudi en le recevant à l’Elysée.

A propos de l'Auteur

-