Publié le: lun, Fév 2nd, 2015

Mulhouse : NKM évoque des enfants en retard à l’école à cause de la prière

Share This
Tags

NKM

NKM a-t-elle des informations ou a-t-elle dérapé de bon matin ? Invitée sur RMC ce lundi pour évoquer la législative partielle dans le Doubs, dont l’UMP a été éliminée au premier tour dimanche derrière le FN et le PS, Nathalie Kosciusko-Morizet a affirmé qu’à Mulhouse «des dizaines d’enfants arrivent systématiquement en retard à l’école parce que leurs parents les emmènent à la prière».

Ce lundi matin, la numéro 2 du parti de Nicolas Sarkozy, qui défend «à titre personnel» la nécessité de voter pour le candidat socialiste pour faire barrage au FN dimanche prochain, a pris appui sur cet exemple, selon elle, pour expliquer qu’il fallait parfois des «solutions radicales» pour en finir avec la montée du parti frontiste. «Les Français n’ont pas besoin qu’on leur propose des discours, des propos extrémistes. Mais ils ont envie de solutions radicales. Je veux que l’UMP soit le parti des solutions et parfois des solutions radicales», a-t-elle plaidé. Et de poursuivre: «La dérive radicale, c’est une maltraitance. Ça le conduit où, l’enfant, d’aller à la prière et pas à l’école ? », interroge-t-elle.

L’ancienne ministre de l’Environnement milite pour le «placement de l’enfant». «Ça n’a rien à voir avec un discours extrémiste (…) La candidate FN dans le Doubs, elle, est dans l’extrémisme le plus absurde». Après les attentats de Paris, Sophie Montel avait musclé son discours autour du «péril islamiste».

Selon plusieurs sites cultuels, les prières matinales, pour la journée du 2 février, devaient avoir lieu à 6h42  et 7h57. A midi, la mairie de Mulhouse, tenue par le maire UMP, Jean Rottner, n’était pas joignable pour réagir.

Sur Twitter, plusieurs internautes ont repris le hashtag #TweeteCommeNKM popularisé pendant la campagne municipale de Paris, quand la candidate avait évoqué les «moments de grâce» vécus dans le métro. Avec ce référent, ils déroulent des petites blagues ironiques sur l’air

Source : LeParisien.fr

A propos de l'Auteur

-