Publié le: jeu, Sep 25th, 2014

Exécution d’Hervé Gourdel : le pays plonge dans l’inconnu

CHRONIQUE – Après l’assassinat d’Hervé Gourdel, gauche et droite font corps pour poursuivre la guerre contre le terrorisme.

4155725_vvtarn (1)

Tenir ! La France vient de mesurer ce que « guerre » et « frappes aériennes » voulaient dire. Ce n’est plus une annonce désincarnée de François Hollande lors de sa conférence de presse , ce ne sont plus des cartes aériennes diffusées à la télévision, ou de vagues menaces de djihadistes. C’est du concret dans ce qu’il a de pire, du sang et de la barbarie. Hervé Gourdel, l’otage français en Algérie, a été exécuté ce mercredi par ses ravisseurs.

« La France ne peut pas avoir peur des menaces», clamait depuis quelques jours Manuel Valls ; elle doit tenir, faire front, poursuivre le combat, ont affirmé les responsables politiques ce mercredi une fois la nouvelle connue. Gauche et droite confondues. « Hervé Gourdel a été assassiné lâchement, cruellement, parce qu’il est Français, parce que la France combat le terrorisme », a réagi François Hollande en disant sa « détermination renforcée ».

Mécanique infernale

Les responsables politiques font corps, car comment faire autrement désormais? Une mécanique infernale est en route où baisser les armes signerait la victoire du terrorisme et poursuivre plus avant laisse augurer le pire : touristes à nouveau kidnappés, attentats sur le territoire… A 17h07, heure de l’annonce du décès d’Hervé Gourdel, le pays tout entier a basculé en terre inconnue. Dans la peur.

Tenir ! C’est le rôle d’un leader politique pour que cette peur ne se transforme pas en panique. « Je pense à nos concitoyens qui sont saisis d’effroi », a d’ailleurs lancé François Hollande depuis les Etats Unis, avant de poursuivre : « la France, pays épris de liberté, poursuivra. On ne cède pas au terrorisme. C’est notre devoir, c’est notre honneur ». Des mots, du souffle, des valeurs à défendre, c’est utile pour créer l’union nationale dans un pays fracturé politiquement. Mais que valent-ils quand le quotidien reprend ses droits ?

Dès ce mercredi, le doute transpirait chez certains. Chez des proches d’Hervé Gourdel qui estimaient que le gouvernement avait attisé la folie terroriste en clamant «pas peur ». Chez le philosophe Michel Onfray sur twitter : « Nous avons la preuve que la guerre contre l’El ne permet pas de lutter contre le terrorisme mais le déclenche ». Le débat ne fait que commencer.


En savoir plus sur http://www.lesechos.fr/politique-societe/politique/0203804528202-execution-dherve-gourdel-le-pays-plonge-dans-linconnu-1046319.php?fYe4F8S834VFCzL2.99

A propos de l'Auteur

-