Publié le: lun, Sep 15th, 2014

L’agenda de la folle semaine politique à venir

French President Hollande accompanies Prime Minister Valls at the end of the weekly cabinet meeting at the Elysee Palace

LE SCAN POLITIQUE – Après une rentrée animée, la vie politique s’accélère encore cette semaine. Vote de confiance et conférence de presse du chef de l’État devraient marquer les prochains jours.

» Vote de confiance à l’Assemblée

La semaine sera marquée par le vote de confiance au gouvernement mardi à l’Assemblée nationale à partir de 15 heures. En quête d’une légitimité nouvelle après la grave crise gouvernementale de la rentrée, Manuel Valls sollicite pour la deuxième fois en cinq mois un vote de confiance des députés.

Un vote qui intervient en pleine crise à gauche, où le premier ministre devra composer avec une fragile majorité. Au Front de gauche, les députés devraient voter contre, et rares seront les écologistes qui accorderont leur confiance à Manuel Valls. Du côté du PS, ce sera l’occasion pour les «frondeurs» de se compter. En avril dernier, ils étaient onze à ne pas voter la confiance au premier gouvernement de Manuel Valls. Un chiffre qui pourrait sensiblement augmenter cette fois,malgré la pression du chef du gouvernement. Pour cadrer le groupe socialiste à l’Assemblée nationale, le PS organise un séminaire avec ses députés lundi et mardi, sur deux demi-journées. Lundi après-midi, en présence du premier ministre, et mardi matin, afin d’avoir un débat en interne plutôt que publiquement dans l’hémicycle.

En cas d’échec, peu probable, Manuel Valls remettra sa démission à François Hollande qui devra trouver un nouveau gouvernement, comme l’indique l’article 50 de la Constitution. Un scénario qui ne s’est produit qu’une fois dans l’histoire de la Ve République, en 1962: Georges Pompidou avait alors été renversé par une motion de censure, et le général de Gaulle avait dans la foulée dissous l’Assemblée nationale.

» Conférence de presse de François Hollande

Le rendez-vous est aussi très attendu. Jeudi, à partir de 17 heures, le chef de l’Etat invite les journalistes à l’Elysée pour sa grande conférence de presse semestrielle. Face à plusieurs centaines de journalistes, François Hollande devra rendre des comptes sur la mauvaise santé économique du pays, le climat politique tendu et la situation internationale. Peut être également l’occasion d’évoquer l’ouvrage de son ex-compagne Valérie Trierweiler sur sa vie privée.

Au plus bas dans les sondages, 13% seulement d’opinions favorables selon un des instituts, François Hollande devra, à défaut de faire des annonces nouvelles, faire preuve de pédagogie pour expliquer les futures orientations économiques et les économies à réaliser.

» La France en guerre?

Si la semaine est décisive sur le plan intérieur, elle ne l’est pas moins à l’international. Dès ce lundi 9h30, une grande conférence sur la situation en Irak se tient au ministère des Affaires étrangères, avec notamment un discours d’ouverture de François Hollande. Ce rendez-vous, officiellement sur «la paix et la sécurité en Irak» doit définir une stratégie globale de lutte contre l’Etat islamique. Les délégations de 24 pays, dont les cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l’Onu, de la Ligue arabe, de l’Onu et de l’Union européenne se rassemblent pour préciser les contours de la coalition internationale annoncée il y a dix jours par les Etats-Unis pour intervenir contre le groupe islamiste.

» Le retour de Nicolas Sarkozy?

S’il n’y a plus de mystère sur le retour de l’ancien président de la République sur la scène politique,le moment et les modalités du retour sont encore indéterminées. Nicolas Sarkozy va briguer la présidence de l’UMP et doit se déclarer au plus tard le 30 septembre, date limite pour le dépôt des candidatures rue de Vaugirard. Vendredi, samedi ou dimanche? Tout porte à croire que Nicolas Sarkozy fera son annonce après la conférence de presse du président Hollande, jeudi.

» Changement de statut pour les groupes parlementaires

Après l’affaire touchant le groupe UMP de l’Assemblée nationale, avec la découverte d’un prêt au parti de près de trois millions d’euros, la réflexion avait été lancée par la présidence de l’Assemblée nationale sur les statuts des groupes politiques au Palais-Bourbon. Résultat, ce mercredi, les députés seront amenés à examiner et voter la proposition de modification du réglement de l’Assemblée sur le statut des groupes parlementaires afin d’imposer le statut d’association.

» Le projet de loi antiterrorisme sur le gril

Le projet de loi voulu par Bernard Cazeneuve pour freiner le développement du jihadisme en France arrive à l’Assemblée cette semaine. Les autorités françaises s’inquiètent notamment du phénomène des départs vers la Syrie ou l’Irak et, lors du retour en Europe, de risques d’attentats.

Un texte qui, chose rare, devrait obtenir un relatif consensus au Palais Bourbon. «La menace est telle, vu l’actualité de cet été en Syrie et en Irak, que chacun se sent responsable», résume le rapporteur socialiste Sébastien Pietrasanta. «Nous souhaitons pouvoir voter le texte. Cela doit être un sujet d’unité nationale», souligne quant à lui le député d’opposition Guillaume Larrivé.

Ce texte veut instaurer une interdiction administrative de sortie du territoire, matérialisée par la confiscation de la carte d’identité et du passeport. D’une durée de six mois renouvelable, elle peut avoir lieu «dès lors qu’il existe des raisons sérieuses de croire» que la personne visée «projette des déplacements à l’étranger ayant pour objet la participation à des activités terroristes» ou «sur un théâtre d’opérations de groupements terroristes». Autre disposition controversée: la possibilité d’un blocage par l’autorité administrative de sites glorifiant le terrorisme, à l’instar de ce qui est déjà prévu pour les sites pédopornographiques.

Certains à droite considèrent la loi trop molle et comptent déposer des amendements.

» Universités d’été, suite et fin

La fin de semaine sera marquée par les dernières universités d’été des partis politiques. A Guidel, en Bretagne, le MoDem se rassemblera pour la rentrée officielle de François Bayrou. Le MRC de Jean-Pierre Chevènement se retrouvera lui à Caen sur le thème «quel projet pour un sursaut républicain?»

A propos de l'Auteur

-