Publié le: lun, Juin 2nd, 2014

LE MONDE EST SON ESPACE DE JEU

Share This
Tags

C’est dans une brasserie parisienne que je retrouve ce personnage surprenant qu’est Félix Marquardt. Tout juste arrivé d’Indonésie en passant par Phuket (ou Martin Sorrell, le patron du groupe de communication WPP, a eu le bon gout d’organiser une de ses conférences, me glisse-t-il en s’asseyant) il a les traits tirés (ces derniers temps il passe moins d’une semaine par mois en France), ce trentenaire à l’allure de ceux qui ont tout réussi (mais qui s’est « pris quelques bonnes baffes », me confiera-t-il au detour de la conversation). Arrivé avec quelques minutes de retard, il me salue en s’excusant du regard avant de poursuivre sa conversation en anglais, sa langue maternelle.
Il me parle de ses origines austro-américaines (sa mère est gréco-hongroise du Bronx, ca ne s’invente pas), de ses derniers déplacements en Géorgie, au Japon ou au Panama, mais aussi de ce qu’il aime appeler le « petit débat gaulois » à l’aune « des bouleversements planétaires majeurs à l’oeuvre » et du dernier album de Mokless, inconditionnel qu’il est de la Scred Connexion, le mythique groupe de rap du quartier de la Goutte d’Or. Drôle d’animal donc, à la fois préoccupé par l’universel et obsédé par le particulier – un citoyen du monde, en tout cas.

Passionné de médias et de communication, et de musique, il a occupé le poste de directeur de la communication au sein du prestigieux International Herald Tribune après avoir officié comme consultant et plume chez l’Oréal et Vivendi.
Des sociétés à l’échelle internationale tout comme son réseau qu’il a pu développer au fil des années et des rencontres qui lui ont permis de faire connaissance avec les plus grands de ce monde.

C’est en 2007 qu’il décide de lancer sa propre société de lobbying, « Marquardt & Marquardt », puis en 2009 une plateforme de rencontre et d’échanges sur les grands enjeux contemporains, les Diners de l’Atlantique qui ont déjà accueilli Bill Gates, Nouriel Roubini ou le Président colombien Juan Manuel Santos. Excusez du peu !

A propos de l'Auteur

-